Sanofi-aventis investit dans un vaccin grippal saisonnier dans l’éventualité d’une pandémie? – H1N1

Mexico City, Mexique – 9 mars 2009

Sanofi-aventis investit 100 millions € pour construire une usine de vaccin grippal saisonnier et pandémique au Mexique.

Contrat signé à Mexico à l’occasion de la Visite d’État du Président Nicolas Sarkozy

Sanofi-aventis (EURONEXT: SAN et NYSE: SNY) annonce aujourd’hui la signature d’un contrat avec les autorités mexicaines, pour la construction d’une usine de production de vaccin contre la grippe, représentant un investissement de 100 millions d’euros.

L’annonce a été faite au cours d’une cérémonie en présence de MM. Felipe Calderon, Président du Mexique et Nicolas Sarkozy, Président de la République Française, en visite officielle au Mexique.

Cette usine sera construite et exploitée par Sanofi pasteur, la division des vaccins du Groupe Sanofi-aventis, représenté par Chris Viehbacher, directeur général de Sanofi-aventis .

«Avec la construction de cette usine, Sanofi-aventis est fier de contribuer au renforcement des infrastructures de santé du Mexique et tient à souligner l’engagement exemplaire envers la santé publique de ce pays, à travers son programme de vaccination contre la grippe et de préparation à la pandémie», a déclaré Chris Viehbacher.

«Cet investissement démontre l’engagement local de Sanofi-aventis pour la santé mondiale.

Cette usine constituera un atout de santé publique, pour les Mexicains ainsi que pour l’Amérique Latine, dans le cadre de la préparation à la pandémie grippale.»

Le contrat a été signé par les représentants respectifs de Birmex (Laboratorio de Biológicos y Reactivos de Mexico) et de sanofi-aventis, en présence du Dr. José Ángel Córdova Villalobos, Ministre de la Santé du Mexique.

Selon les termes du contrat, Sanofi pasteur produira le vaccin contre la grippe en collaboration avec Birmex, producteur national mexicain de vaccins.

Ce dernier réalisera certaines étapes de la production et sera responsable de la distribution des vaccins contre la grippe sur les marchés publics au Mexique.

Sanofi pasteur prévoit de débuter la construction de cette usine de production de vaccin dans quelques semaines.

Son but est de produire jusqu’à 25 millions de doses annuelles de vaccin contre la grippe saisonnière pour le marché mexicain d’ici à quatre ans.

Cette nouvelle usine de vaccin contre la grippe sera construite à Ocoyoacac, où Sanofi-aventis a déjà une activité industrielle.

La nouvelle usine de Sanofi pasteur au Mexique sera construite selon les standards, permettant à Sanofi pasteur de basculer aisément de la production de vaccin contre la grippe saisonnière à celle de vaccin contre la grippe pandémique.

Ceci dans l’éventualité où une pandémie de grippe humaine vienne à être déclarée et une fois la souche de virus grippal pandémique identifiée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 

Pdf: le communiqué de presse du 9 mars 2009 (2)

Ils se préparaient pour une éventuelle pandémie?

Une plandémie?

Remarque, voici ce que l’on peut lire sur le cite de Sanofi-aventis:

«Les communiqués et dossiers de presse sont destinés aux journalistes, aux investisseurs et aux actionnaires.»

Leur site: ICI [archive]

‘A noter que, la société Baxter pharma fut dirigée par Fr. Carlucci, l’un des fondateurs du fond d’investissement Carlyle.’

Carlucci ‘son ami de toujours est Mr Rumsfeld, l’ancien secrétaire d’état à la défense, dont personne n’ignore les liens avec la société Gilead, propriétaire du brevet intellectuel du TAMIFLU..’

[- Grippe porcine panique-peur: Bourse Bonanza pour les entreprises de biotechnologie ‘politiquement connectées]

,

BELLACIAO – La grippe A H1N1: arme biologique ou erreur de manipulation?

9 mars 2009 – Sanofi-aventis investit 100 millions € pour construire une usine de vaccin grippal saisonnier et pandémique au Mexique.

Contrat signé à Mexico à l’occasion de la Visite d’État du Président Nicolas Sarkozy

[Mars / avril 2009] – Les laboratoires Novavax étaient en train de développer un vaccin génétique contre la grippe H1N1 lorsque la pandémie éclate.

[25 mars / 14 avril 2009] – Novavax publie une étude en collaboration avec les CDC sur le premier vaccin contre une grippe pandémique H1N1 de 1918.

Novavax en proie à de graves difficultés financières voit son action augmenter de 529% depuis avril avec l’annonce d’un vaccin contre la grippe H1N1.

Avril 2009 – Début de l’épidémie de grippe.

De nombreux cas de grippe H1N1 n’ont aucun rapport avec le Mexique et encore moins avec le porc.

On signale des cas aux États Unis en même temps qu’au Mexique.

,

[9 avril 2009] – Le premier cas mortel de la grippe porcine est celui d’Adela Maria Gutierrez Cruz, une femme de 38 ans, admise le 9 avril pour une pneumonie à l’Hôpital général d’Oaxaca, dans le sud-est du pays.

Le 13 avril, “la patiente est décédée après une complication diabétique, mais comme son cas était tout à fait particulier nous avons demandé des examens au laboratoire qui a détecté un virus distinct de celui de la grippe saisonnière.”

C’est seulement le 23 avril que les médecins d’Oaxaca ont appris qu’il s’agissait d’un nouveau virus, quand les laboratoires des États-Unis et du Canada l’ont détecté.

Le mari d’Adela refuse de parler aux médias.

“Le ministère de la Santé a sa version, allez lui demander”

[Avril 2009] – Dans de nombreux cas, à la fois au Mexique, aux États-Unis et à travers le monde, les données officielles concernant la morbidité et la mortalité n’étaient pas fermement corroborées par des tests en laboratoire du virus H1N1.

Un grand nombre de prétendus cas enregistrés résultaient de manipulation de données.

Les données mexicaines utilisées par l’OMS pour justifier la pandémie de phase 5 se rapportaient à des cas d’influenza commune plutôt qu’à des cas confirmés d’influenza H1N1.

Selon des sources officielles, sur les 159 décès dus à l’infection H1N1 signalés avant la décision de l’OMS le 28 avril, seulement 7 avaient été corroborés par des tests en laboratoire.

[Suite …]

,

Sanofi offre à l’OMS 100 millions de vaccins anti-grippe A (H1N1) … pour les pays en voie de développement.

17 juin 2009
,

Grippe porcine panique-peur: Bourse Bonanza pour les entreprises de biotechnologie ‘politiquement connectées’

[13 sep. 2009]

Par Michel Chossudovsky,

La peur de la grippe porcine a stimulé les valeurs boursières de Big Pharma.

À la suite des premiers rapports du Mexique sur l’épidémie de grippe, la demande de médicaments anti-grippaux a explosé.

Soutenu par la désinformation médiatique, une atmosphère de peur et d’intimidation s’est déroulée.

Des “Urgences” sanitaires ont été déclarées dans différentes régions des États-Unis.

Les médicaments antigrippaux les plus recherchés sont le Tamiflu et le Relenza.

Les traitements ont été libérés par le gouvernement américain de la réserve nationale ‘pour s’assurer que les prestataires de soins de santé sont prêts à faire face à toute escalade de cas’.

Le Tamiflu est produit par le géant pharmaceutique suisse Hoffman-La Roche pour le compte d’une société de biotechnologie américaine Gilead Sciences, Inc.

Bien que le médicament soit produit par Roche, il a été développé par Gilead Sciences Inc. qui détient les droits de propriété intellectuelle.

L’ancien secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld était l’un des principaux actionnaires de Gilead Sciences.

En 1997, Rumsfeld a été nommé Président de Gilead Sciences, Inc, un poste qu’il a occupé jusqu’à devenir secrétaire de la Défense dans l’administration Bush en 2001. 

Rumsfeld a siégé au conseil d’administration de l’établissement de Gilead en 1987.

Fortune Magazine, dans un rapport publié au plus fort de la crise de la grippe aviaire en 2005, a décrit Gilead comme l’une des entreprises les plus politiquement connectées à l’industrie biotechnologique.

Les intérêts de M. Rumsfeld (ou ses avoirs fonciers) en Gilead, suite à sa démission en 2006, ne sont pas connus.

Valeurs de stock

Le prix des actions de Gilead sur le NYSE a augmenté considérablement depuis l’annonce de l’épidémie de grippe porcine du Mexique (voir graphique):

“Le gouvernement américain a mis en vente un quart de ses stocks de ces médicaments après avoir déclaré une urgence sanitaire nationale, avec 40 cas confirmés en laboratoire, de la grippe porcine.

Sept de ces affaires sont en Californie, 28 à New York, deux au Texas et au Kansas, et un dans l’Ohio.Le Mexique a relevé le nombre des décès suspects déclaré de 149 personnes depuis son éclosion.

20 d’entre elles ont été confirmées comme grippe porcine, et ils ont annulé toutes scolarités jusqu’au 6 Mai.

Près de 2000 personnes y ont été hospitalisées avec des cas graves de pneumonie.Les médicaments antiviraux sont des prescriptions médicaux actives contre les virus grippaux, y compris les virus de la grippe porcine, selon les Centres de Contrôle des maladies.

.

Les virus de la grippe porcine détectés aux États-Unis et au Mexique semblent résistants à deux médicaments antiviraux: l’amantadine et la rimantadine.

Mais, les tests en laboratoire indiquent que les virus sont sensibles au Tamiflu, aussi connu comme l’oseltamivir et le Relenza, qui est connu comme le zanamivir.

L’antiviral Tamiflu par voie orale, approuvé aux États-Unis pour traiter et prévenir l’influenza A et B, une infection virale chez les personnes âgées d’un an ou plus, est vendu par F. Hoffmann-La Roche Ltd, qui verse ses royalties liées aux ventes à Gilead.

Roche a déclaré qu’il a 3 millions de paquets de Tamiflu en attente, une partie des 5 millions de traitements a été donnée à l’organisme de santé des Nations Unies en 2006, et peut délivrer le médicament partout dans les 24 heures.”

Par le professeur Michel Chossudovsky sur Global Research, 28 avril 2009

Traduit de l’anglais, source globalresearch: ICI

,

Les autorités sanitaires ont admis les effets secondaires graves de la vaccination contre la grippe porcine

[05 jav. 2021]

‘Les autorités sanitaires admettent, maintenant, les effets secondaires graves de la vaccination contre la grippe porcine, pandemrix et narcolepsie.’

(OMNS, 20 mars 2012)

H1N1, un virus appelé à l’origine ‘grippe porcine’

La pandémie de grippe porcine, de 2009, a été causée par un virus de la grippe de type A (H1N1).

À l’origine, ce virus s’appelait “grippe porcine”, parce que bon nombre des gènes de ce nouveau virus étaient très similaires aux virus grippaux, présent normalement, chez les porcs d’Amérique du Nord.

Le virus H1N1 est génétiquement similaire au virus pandémique de 1918, tel que déterminé à partir des victimes enterrées, puis exhumées, à Svalbard.

Il était responsable de la plupart des épidémies jusqu’à 1956, puis a disparu.

Cependant, ce nouveau virus était assez différent des virus typiques de la grippe porcine.

H1N1 – Nouveau virus

Ce virus a causé la maladie pour la première fois au Mexique et aux États-Unis en mars et avril 2009.

Cette nouvelle grippe H1N1 s’est propagée d’une personne à l’autre, contrairement à la grippe porcine typique.

En 2009, des vaccins étaient en cours d’élaboration pour la prévention de la grippe porcine chez l’homme.

L’OMS déclare la pandémie mondiale

Le 11 juin 2009, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que la grippe porcine s’était transformée en une épidémie mondiale à grande échelle.

Une alerte pandémique de phase 6 est déclarée.

Margaret Chan, la Directrice générale de l’OMS, a commenté la situation d’une manière quelque peu ambiguë.

Tout en soulignant que la grippe porcine avait atteint un niveau pandémique grave, elle a déclaré, plus tard dans le même communiqué, que la maladie semblait bénigne; et que la plupart des patients se rétabliraient sans intervention médicale.

Le monde a choisi d’écouter la première partie de son message.

GlaxoSmithKline (GSK) et Novartis produisent un vaccin renforcé avec du squalène

Deux sociétés pharmaceutiques GlaxoSmithKline (GSK) et Novartis avaient, dans l’urgence, mis au point un vaccin contre la grippe porcine.

Étant donné que pour générer la culture d’une quantité adéquate de virus pour le vaccin, il est nécessaire d’avoir du temps; GSK et Novartis ont décidé de formuler un vaccin plus faible, mais de le renforcer avec un adjuvant contenant du squalène.

Les adjuvants immunologiques sont des substances, administrées en association avec un vaccin, qui stimulent le système immunitaire et augmentent la réponse au vaccin.

Bien que, le squalène soit une substance naturelle, présente dans les voies métaboliques du corps, son inclusion dans un vaccin est controversée.

Et, il n’est pas utilisé aux États-Unis.

Le 25 septembre 2009, l’Agence européenne des médicaments (EMEA) a approuvé deux vaccins contre la grippe porcine, Pandemrix de GSK et Focetria de Novartis.

Le vaccin était, prêt à être, utilisé en octobre 2009.

Quatre pays ont pour objectif de vacciner toute leur population

En Suède, en Finlande, en Norvège et en Islande, les autorités ont explicitement fixé un objectif, de vacciner l’ensemble de la population

A cet égard, il est intéressant de savoir que les gouvernements de ces pays, déjà avant l’épidémie de la grippe porcine, ont conclu un accord avec GSK.

D’après, lequel ils étaient assurés de la livraison des vaccins contre la pandémie, si besoin.

En outre, le contrat stipulait que, dans une situation qualifiée de pandémie par l’OMS, ces pays nordiques auraient dix jours pour décider d’accepter ou non la livraison du vaccin concerné.

Par conséquent, le but de l’accord était de garantir que toutes les populations de ces pays recevraient des vaccinations.

Enfin, le contrat protégeait GSK de toute demande de compensation financière au cas où le vaccin livré aurait des effets secondaires.

OMS déclare la grippe porcine de phase 6

Lorsque l’OMS a déclaré que la grippe porcine était une pandémie de phase 6, automatiquement l’accord mentionné ci-dessus a été activé.

La vaccination de masse a commencé en Finlande et en Suède en octobre 2009.

Afin de couvrir le plus grand pourcentage possible de la population, les autorités ont lancé une énorme campagne de relations publiques.

Elle pourrait, être décrite, en termes de ‘persuasion morale’.

La solidarité est devenue le slogan:

‘Soyez vaccinés pour protéger vos concitoyens.’

Ceux qui remettaient en question le programme de vaccination [petits groupes d’opposants à la vaccination ou simplement des gens qui hésitaient] ont été regardés avec mépris.

Dans le reste de l’Union européenne la politique vaccinale variée

Dans le reste de l’Union européenne, parmi ses États membres, contrairement à ces pays passionnés par les vaccins, la politique de vaccination variait énormément.

La Pologne, par exemple, a décidé de ne pas acheter du tout de vaccins, en raison des conditions contractuelles exigées par les sociétés pharmaceutiques.

L’ordonnance du Danemark ne couvrait que les ‘groupes à risque’.

La deuxième vague de grippe attendue n’est jamais apparue.

L’épidémie a progressivement diminué au cours du premier semestre 2010.

La même année, le 10 août, l’OMS a officiellement déclaré la fin de l’épidémie.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a déclaré que la grippe porcine était moins dangereuse, et avait un taux de mortalité inférieur à la grippe saisonnière.

Ainsi, apparemment, même en l’absence de la vaccination, la grippe porcine n’aurait pas été une épidémie dangereuse.

En outre, fait intéressant, la même année, il est démontré que la vitamine D prévenait la grippe chez les enfants. (1)

La suède a investi beaucoup dans la campagne contre le pandémie

En Suède, 60% de la population est vaccinée, tandis qu’en Finlande 50% sont couverts.

En revanche, respectivement les chiffres en Allemagne et en Pologne n’étaient que de 8 et 0%.

Dans l’histoire des soins de santé suédois, cette campagne contre la pandémie s’est élevée être l’une des plus coûteuses.

D’énormes sommes d’argent des contribuables étaient en jeu.

La grippe porcine est tombée dans l’oubli mais la vaccination a eu des effets

Pendant ce temps, les médias étaient devenus silencieux sur cette question; il n’y avait plus de discussion sur la grippe porcine.

Puis le choc est arrivé:

‘La pire chose qui puisse arriver’,

‘Le pire cauchemar de l’industrie et des autorités sanitaires est une maladie qui s’avère bénigne, tandis que le vaccin censé prévenir une épidémie dangereuse provoque un effet secondaire grave jusqu’alors inconnu.’Commentaire de Richard Bergström, directeur général de la Fédération européenne des associations et industries pharmaceutiques, EFPIA.

Maladie bénigne, vaccination inutile mais effets secondaires dangereuses

En 2010 augmentation de la narcolepsie en Finlande

En août 2010, la Finlande a signalé une augmentation de la fréquence de la narcolepsie chez les enfants et les jeunes vaccinés avec Pandemrix.

Le 1er septembre 2010, la Finlande a arrêté toutes les vaccinations avec Pandemrix.

Source: Si vous aimez vos enfants, ne faites pas cette erreurhttp://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2010/09/10/swine-flu-vaccine-may-have-caused-narcolepsy.aspx

La narcolepsie est une maladie neurologique chronique n’entraînant pas seulement une fatigue handicapante, puisqu’elle se traduit habituellement chez le patient par des endormissement n’importe où et à tout moment.

Cela pourrait également entraîner des crises de panique et un état d’épuisement.

Pour beaucoup, les pires conséquences sont les symptômes de la cataplexie.

Cette condition fait que le patient atteint de narcolepsie, lorsqu’il exprime des sentiments forts tels que le rire ou les pleurs, perd soudainement le contrôle musculaire.

La personne donne l’impression d’être ivre, les jambes peuvent céder, avoir un discours mal articulé et un regard flou.

Chez certains patients, des hallucinations effrayantes apparaissent lors d’endormissement ou du réveil.

Lien de causalité établi entre le vaccin Pandemrix et la narcolepsie

Le 1er septembre 2011, l’Institut national finlandais pour la santé et le bien-être (THL) a admis, que pour les enfants et adolescents finlandais, âgés de 4 à 19 ans, il existait un lien nouveau et évident entre Pandemrix et la narcolepsie.

Comme indiqué dans le communiqué de presse de THL, ‘Le risque accru associé à la vaccination s’est élevé à six cas de narcolepsie pour 100 000 personnes vaccinées, dans la tranche d’âge de 4 à 19 ans, au cours des huit mois suivant la vaccination.’

‘Cela représentait 12,7 fois de plus de risque pour une personne, du même groupe d’âge, qui n’a pas été vaccinée.’

  • http://www.thl.fi/en_US/web/en/pressrelease?id=26352 [ Page introuvable]

Cette déclaration s’est faite presque deux ans, après la déclaration ultérieure de la THL produite au milieu de l’hystérie de la grippe porcine.

Laquelle était que tout le monde, devait être vacciné avec Pandemrix.

Et, qu’il serait sûr.

Dans cette déclaration originale, le directeur de la THL a souligné que l’adjuvant squalène pourrait augmenter quelque peu les effets secondaires du vaccin.

Cependant, a-t-il déclaré, ces effets secondaires ne seraient pas dangereux.

La narcolepsie provoque ‘des conséquences à vie’

En Suède, au moins 150 enfants souffrent actuellement de narcolepsie causée par le vaccin Pandemrix.

En Finlande, le nombre est d’environ 100.

Dans les deux pays, le nombre est probablement en augmentation.

La narcolepsie est une maladie avec des conséquences à vie.

Et, le risque que Pandremix a pu causer d’autres maladies neurologiques qui n’ont pas encore été exclues.

Beaucoup ont déjà commencé à comparer cette tragédie avec la catastrophe de la thalidomide.

Aucun taux de décès alarmant du à la grippe porcine mais des victimes réelles de la vaccination

Aucun pays européen n’avait un taux de mortalité particulièrement élevé dû à la grippe porcine.

La Suède a vacciné 60% de sa population et l’Allemagne que seulement 8%; pourtant, l’Allemagne avait le même taux de mortalité que la Suède, qui était de 0,31 / 100 000.

Cela implique que le vaccin n’a pas fait grand-chose pour prévenir les décès.

Les autorités responsables n’ont pas encore fait de commentaires sur cette question de fait.

L’année dernière, le gouvernement finlandais a promis une compensation complète pour ceux qui ont développé la narcolepsie à la suite de la vaccination.

Si la Suède a effectivement suivi la THL finlandaise en admettant le lien entre le vaccin et la maladie, les autorités suédoises n’ont pas encore décidé si et comment fournir une compensation appropriée.

Des enfants affectés

En février 2012, Svenska Dagbladet, un journal très lu en Suède, a présenté une série d’articles informatifs et précis sur ce thème.

Ils décrivent certaines affections des enfants, en racontant à quel point, il est difficile de vivre avec la narcolepsie

  • http://www.svd.se/nyheter/multimedia/artikel_6840743.svd

Selon les autorités, de nombreuses recherches sont, encore, en cours concernant les détails dus à la lésion vaccinale.

Compte tenu, de la pression du public et des familles touchées, il leur sera difficile d’éviter de mener une enquête approfondie.

Espérons-le.

Source sur orthomolecular.org [Article en archives]

Health Authorities Now Admit Severe Side Effects of Vaccination Swine Flu, Pandemrix and Narcolepsy

Ou

Health Authorities Now Admit Severe Side Effects of Vaccination Swine Flu, Pandemrix and Narcolepsy

Références

1. Urashima M, Segawa T, Okazaki M, Kurihara M, Wada Y, Ida H. Essai randomisé de supplémentation en vitamine D pour prévenir la grippe saisonnière A chez les écoliers. Am J Clin Nutr. 2010 Mai; 91 [5]: 1255-60.



Mises à jour
.
.

Tag H1N1 / vaccins

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *