Henry Kissinger, qui a écrit: ‘La dépopulation devrait être la plus haute priorité de la politique américaine envers le tiers-monde.’

sfbayview.com [archive]

Par Leuren Moret

Les recherches pour le contrôle de la population et la prévention des futures naissances, sont actuellement menées en secret par les sociétés de biotechnologie. M. Ignacio Chapela, microbiologiste de l’Université de Californie, a découvert que le maïs sauvage dans les régions reculées du Mexique, est contaminé par les laboratoires d’ADN modifié. Cette découverte fait de lui une menace pour l’industrie de la biotechnologie.

Chapela s’est vu refusé sa titularisation à l’UC de Berkeley quand il l’a signalé à la communauté scientifique, malgré la découverte embarrassante que le chancelier de l’UC Berdahl, qui lui refusait sa titularisation, recevait d’importants paiements en espèces – 40 000 $ par an – de LAM Research Corp. à Plano, Texas.

Berdahl a été président de l’Université du Texas A & M, avant de venir à Berkeley. Lors d’une présentation de son cas, Chapela a révélé que le maïs avec spermicide développé par une société américaine est actuellement testé au Mexique. Les hommes qui mangent ce maïs, sans le savoir, produisent des spermatozoïdes non viables et sont incapables de se reproduire.

La dépopulation, aussi connu comme l’eugénisme, et d’autre part un point proposé par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est le massacre délibéré d’une large partie d’une population et elle a été avancée pour les pays du tiers monde, sous l’administration du Président Carter, par le Groupe de Conseil national de sécurité ad hoc sur la politique démographique.

Une note sur la National Security 200, daté du 24 avril 1974, et intitulé ‘Implications de la croissance démographique mondiale pour la sécurité des États-Unis et outre-mer intérêts’, déclare:

Le Dr Henry Kissinger a proposé dans son mémorandum au NSC, que ‘’le dépeuplement devrait être la plus haute priorité de la politique étrangère américaine envers le Tiers-Monde.’’ Il a cité des raisons de sécurité nationale, et parce que ‘’l’économie des États-Unis requiert de grandes quantités de minéraux en croissance continue, provenant de l’étranger, notamment en provenance des pays moins développés .. Partout où une diminution de la population peut augmenter les perspectives d’une telle stabilité, la politique démographique devient pertinente aux ressources, aux fournitures et aux intérêts économiques des États-Unis.’’

La politique de dépopulation est devenue la plus grande des priorités dans le cadre du programme de NSC, le Club de Rome et les décideurs politiques américains comme le général Alexander Haig, Cyrus Vance, Ed Muskie et Kissinger. Selon un porte-parole du NSC de l’époque, les États-Unis partage l’avis de l’ancien président de la Banque mondiale Robert McNamara que la ‘’crise démographique’’ est une plus grande menace pour les intérêts de sécurité nationale américaine, que l’anéantissement nucléaire. En 1975, Henry Kissinger a établi un groupe de planification politique au Bureau des Affaires démographiques du Département d’État américain. Le document pour le dépeuplement ‘’Global 2000’’ a été préparé pour le président Jimmy Carter.

Il n’est pas surprenant que cette politique a été établie sous la présidence de Carter avec l’aide de Kissinger et Brzezinski, tout deux ayant des liens avec David Rockefeller. La famille Bush, la famille Harriman, les partenaires d’affaires de Wall Street de Bush dans le financement de Hitler et de la famille Rockefeller sont l’Élite du mouvement eugéniste américain. Même le prince Philip d’Angleterre, un membre du Groupe de Bilderberg, est en faveur de la dépopulation:

‘’Si je pouvais me réincarner, je souhaiterais revenir sur la terre sous la forme d’un virus tueur pour les niveaux inférieurs de la population humaine’’ (Prince Philip Duc d’Édimbourg, chef de la World Wildlife Fund, cité dans ‘’Êtes-vous prêt pour notre avenir Nouvel Age? Rapport des initiés, Centre de la politique américaine, Décembre 1995).

Le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, a proposé le financement et la construction de laboratoires d’armes biologiques de niveau 3 et niveau 4, dans de nombreux endroits à travers les États-Unis, même sur les campus universitaires et dans les zones urbaines densément peuplées. Dans une installation d’armes biologiques de niveau 4, une seule bactérie ou un virus est mortel. Les armes biologiques de niveau 4 sont le plus haut niveau légalement autorisé dans la zone continentale des États-Unis.

Dans quel but ces laboratoires sont développés? Qui prendra les décisions sur l’endroit où ces armes biologiques seront créées dans ces installations, utilisées par qui et contre qui? Plus de 20 microbiologistes de classe mondiale ont été assassinés depuis 2002, principalement aux États-Unis et le Royaume-Uni. Presque tous ont travaillé sur le développement d’armes biologiques spécifiques à une ethnie (voir Smart Dust, Roboflies)

Les citoyens à travers les États-Unis intentent frénétiquement des procès, pour faire cesser ces laboratoires sur les campus et dans les communautés où ils vivent. Malgré l’opposition des résidents vivant à proximité de UC Davis, un laboratoire, où l’une des armes biologiques de niveau 4 était prévu, avait le soutien du maire de la ville.

Elle est soudainement revenue sur sa décision, après qu’un singe se soit échappé d’une installation à haute sécurité pour primates sur le campus, où le laboratoire d’armes biologiques a été proposé. Les résidents ont fait valoir que si UC Davis ne pouvait pas empêcher les singes de s’échapper de leurs cages, ils ne pourraient certainement pas garantir qu’un seul virus ou des bactéries ne s’échapperaient pas à partir d’un tube d’essai. Le singe AWOL a tué le projet (voir Smart Dust, Roboflies).

La démographie est un problème politique. L’extrême secret entourant la prise de contrôle des armes nucléaires, la NASA et son programme spatial ainsi que, le développement de nombreux laboratoires d’armes biologiques est une menace pour la société civile, en particulier dans les mains des militaires et des sociétés.

L’application fasciste de trois de ces programmes peut être utilisés pour atteindre les objectifs politiques de dépopulation établie par le gouvernement des États-Unis, qui pourraient éliminer 2 milliards d’humains de la planète par la guerre, la famine, la maladie et toutes autres méthodes nécessaires.

Deux excellents exemples de politique de dépopulation U.S. existants sont, premièrement, l’impact à long terme sur la population civile de l’agent orange au Vietnam, où les Rockefeller ont construit des raffineries de pétrole et des usines d’aluminium au cours de la guerre du Vietnam. La seconde est la contamination permanente du Moyen-Orient et en Asie centrale à l’uranium appauvri, qui, malheureusement, détruira le futur génétique des populations vivant dans ces régions et aussi, aura un impact mondial. Un effet, qui se reflète déjà par une augmentation de la mortalité infantile signalée aux États-Unis, en Europe et au Royaume-Uni.

Références

Birth defects: The Tiny Victims of Desert Storm,Life photo-essay
(1995), http://www.life.com/Life/essay/gulfwar/gulf01.html [archive]

Statement by Prince Philip Duke of Edinburgh,
http://homepage.mac.com/kaaawa/iblog/C337802379/E1557478132/ [archive]

Smart dust, roboflies, microbugs: UC is spying on youby Leuren Moret,
San Francisco Bay View, Feb. 26, 2003,
mindfully.org [archive]

sfbayview.com [archive]

Par Leuren Moret

Traduit par Anar

.

Mises à jour et autres

Tag – Henry-Kissinger / Henry kissin2 / depopulation / depopulation2

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *