‘GordonDuff: Assange reconnaît que Wikileaks est une fraude dirigée par la presse pour Israël’

“C’est une chose pour le New York Times d’éditer leurs propres histoires, mais vous les laissez censurer tout pour nous tous”

.

L’article est de Gordon Duff de Veterans Today [VT], un site qui a une vision pro-russe de la géopolitique mondiale. Des informations de VT peuvent être de la désinformation et incorporées certaines vérités.

[Ne cautionne pas toutes leurs informations, d’autres liens partagés à la suite]

Aujourd’hui, Julian Assange a admis que le matériel Wikileaks avait été choisi par la presse, pas une organisation indépendante, somme toute. Wikileaks, en effet, a admis qu’il a toujours été une couverture pour ce à quoi Helen Thomas se réfère quand elle parle de médias sionistes contrôlés.

Assange, dans une tentative puérile de “pirouette” a blâmé la presse pour avoir trop de “sensibilités” concernant Israël et pour donner une mauvaise image de Wikileaks.

HELLO !

La seule raison pour laquelle nous avions besoin de Wikileaks, en premier lieu, c’est que la presse a tellement fait défaut.

Est-ce un secret qu’Assange a donné le contrôle total de Wikileaks à la presse, les gens qui lui ont donné un statut de”rock star”? Complètement malade.

NOURRITURE POUR VOLAILLES UNE FOIS DE PLUS

Maintenant Assange nous dit qu’il a 3700 câbles de l’Ambassade Américaine à Tel-Aviv, les documents couvrant un assassinat Israélien et la ruade qu’ils se sont pris lors de leur dernière invasion du Liban.

Toute personne qui pense pouvoir entendre les communications décrivant l’indignation de l’Ambassade Américaine devant les actions Israéliennes mourra d’attente. Attendez-vous à la même “sensibilité des médias” que nous avons vue depuis le début.

Par “sensibilités des médias”, nous disons simplement qu’Israël contrôle Wikileaks et l’utilise pour maltraiter ses ennemis, les États-Unis et leurs voisins, certains dont nous apprenons maintenant qu’ils ont été leurs amis dès le départ.

AVEU HONTEUX DÉGUISE EN PIROUETTE

Wikileaks a promis à la presse des milliers de documents sur une “guerre d’OVNI au-dessus de l’océan Austral”. Je ne pouvais pas attendre pour celui-ci. Au lieu de ça, apparemment intelligent Julian Assange, à sa manière la plus apologétique, nous dit maintenant qu’il a péché.

Où donc est partie l’histoire mystérieuse d’OVNI ? Qui vous a dit de la mettre de côté? Sommes-nous assis sur cette histoire parce que le président Obama bat maintenant le tambour à temps plein pour la guerre avec l’Iran ?

WIKILEAKS ADMET ÊTRE UNE FRAUDE

 Il a laissé la presse contrôler Wikileaks

Julian, si on voulait lire le New York Times, on ira en acheter un. Maintenant, vous nous dites que le Times, un haillon d’un journal, a dirigé Wikileaks tout le temps ? Connaissez-vous le sens du mot “fraude” ?

Si nous voulions entendre ce qu’Israël voulait que nous entendions, nous aurions tout simplement regardé nos téléviseurs. Nous n’avons rien eu d’autre pendant des décennies.

Maintenant, vous admettez que vous en faisiez partie. Sommes-nous censés être surpris ?

Vous n’étiez pas si difficile à comprendre. Chaque jour, une nouvelle photo dans des centaines de journaux, toujours posé, toujours pensif. Vous passez 9 jours en attente de libération sous caution et nous constatons que vous avez travaillé pour la presse, travaillé pour Israël, travaillé pour les forces les plus puissantes et sournoises connues de l’humanité depuis le début ?

Vous aviez besoin de 240 000 de £ pour la caution ?

Ce ne serait pas une provision d’un mois pour votre avocat ou vos publicistes. Les gens pour lesquels vous travaillez utilisent l’argent comme allume-cigares.

.

Nous savons que tout cela était un acte, tout comme ça fait partie de cette pièce, plus de drame déployé parce que certains d’entre nous ont pigé dès le début et vous ont “démasqué”. Ce que je trouve étonnant, c’est votre audace. Vous admettez que vous nous utilisiez tous, nous fraudiez, que vous êtes un agent de désinformation.

Maintenant vous en remettez une couche pour tromper tout le monde. Ce à quoi nous nous attendons c’est à ce que ce soit cette même presse que vous accusez maintenant, dont vous vous “distancez” soi-disant qui sera le cerveau de cette nouvelle histoire.

Ce que nous allons obtenir est le New York Times, le Guardian, der Spiegel, le même triumvirat de la foutaise, vos partenaires dans le crime, diffusant le même vieux Wikileaks pour volailles mélangés à de la désinformation Israélienne et des fuites conçues pour nuire au gouvernement des États-Unis et de discréditer vos voisins Islamiques.

Oui, Julian. Ils sont vos voisins Islamiques. Si vous n’avez pas encore la citoyenneté Israélienne, vous l’aurez bientôt. Ils ont besoin d’un autre comédien et ça semble être votre seul talent réel. J’aime tant votre choix de mots.

“SENSIBILITES”

Ce que vous appelez “sensibilités”, un mot sans doute choisi par un comité de conseillers jonglant par e-mails entre New York et Tel Aviv est tout simplement mensonge et tromperie pour le reste d’entre nous.

Vous nous avez menti à nous tous, pas une fois, mais continuellement et maintenant, vous pensez que nous allons croire davantage de vos mensonges simplement parce qu’ils sont livrés avec des excuses en demi-teinte?

Gonflé.

Traduction Nicole [archive]

Article en anglais www.veteranstoday.com/ ICI

WIKILEAKS – PLUS DE GUERRES SELON LA THÉORIE ISRAÉLIENNE DES JEUX?

[30.05.2011]

Par – Jeff Gates

Traduction en archive par Nicole,

de l’article sur veteranstoday.com [archive]

Dans les guerres livrées par le biais du renseignement, le timing est souvent le facteur critique pour les planificateurs de guerre selon la théorie des jeux. Le résultat des communications WikiLeaks donne à penser à des psy-ops menées contre les U.S.

L’impact de la divulgation par WikiLeaks de câbles diplomatiques correspond au profil comportemental des personnes versées dans la guerre livrée par la théorie des jeux.

Quand le mathématicien Israélien Robert J. Aumann a reçu le Prix Nobel de 2005 en sciences économiques pour son travail sur la théorie des jeux, il a admis, “toute l’école de pensée que nous avons développée ici en Israël” a fait d'”Israël l’autorité de référence de ce domaine”.

La franchise de cet Israélo-Américain a donné un rare aperçu de cette enclave connue depuis longtemps pour faire la guerre dans l’ombre. Le succès le plus notable d’Israël à ce jour réside dans le renseignement “arrangé” qui a conduit l’Amérique à envahir l’Irak, réalisant par là un ordre du jour longtemps recherché par Tel Aviv.

Dans les guerres livrées par le biais du renseignement, le timing est souvent le facteur critique pour les planificateurs de guerre selon la théorie des jeux. Le résultat des communications WikiLeaks donne à penser à des psy-ops menées contre les U.S.

Pourquoi maintenant?

Tel Aviv sentait la pression monter pour que se termine l’occupation de la Palestine, vieille de six décennies. Avec ces divulgations, ses atermoiements sur le processus de paix ont été déplacés vers l’évocation d’une attaque contre l’Iran.

Tandis que les États-Unis subissaient le plus gros dommage, la cible visée était l’opinion publique mondiale. Pour maintenir la plausibilité du Clash des Civilizations, il fallait mettre l’accent sur l’Iran comme un Fauteur de Troubles plausible.

Avec l’émergence rapide de la transparence, Israël et les pro-Israéliens ont été identifiés comme la source du renseignement qui a mené les forces de la coalition à la guerre en Irak.

D’où la nécessité de détourner l’attention de Tel Aviv.

Wikileaks peut encore réussir dans cette mission.

Évolutions prévisibles

La planification de la guerre selon la théorie des jeux vise à produire des conséquences prévisibles – selon une marge acceptable de probabilités. C’est la raison pour laquelle les planificateurs de guerre Israéliens se concentrent sur la mobilisation autour d’une narration plausible, puis en déploient progressivement le scénario, étape par étape.

Pour que l’état Sioniste parvienne à réaliser son agenda expansionniste, l’Iran doit rester au centre de l’attention, comme le scélérat indispensable dans un jeu de moralité géopolitique opposant l’Occident aux Islamo-Fascistes.

Pour déplacer les faits vers de fausses croyances – de la même façon que ça a été fait avec le renseignement à l’origine de l’invasion de l’Irak- l’intensité de la narration doit être maintenue. Quittez le complot des yeux (le Clash) et la paix pourrait surgir. Et ceux qui ont été trahis pourraient identifier le traître.

D’où le timing de cette dernière divulgation Wikileaks. Son but : nous faire croire que ce n’est pas Tel Aviv mais Washington qui est au premier plan en termes de duplicité politique et une source de désordres.

Les guerres du renseignement se réfèrent à des modèles mathématiques pour anticiper les réactions de leurs cibles. Avec les algorithmes de la théorie des jeux, celles-ci deviennent prévisibles -selon une marge acceptable de probabilités.

Un contrôle suffisant des variables rend les conséquences mathématiquement inévitables.

Le moteur de WikiLeaks

La réaction aux dernières fuites Wiki était-elle prévisible?

Avec un timing parfaitement calculé, les États-Unis ont été discrédités par une série de révélations qui ont remis en cause les mobiles des États-Unis et mis en péril leurs relations dans le monde entier.

Comme le Ministre Italien des Affaires Étrangères l’a résumé: “Les infos publiées par Wikileaks vont changer les relations diplomatiques entre les pays”.

La confiance durement gagnée des Pakistanais a disparu du jour au lendemain. Des tentatives vers l’Iran ont été retardées. L’effet global a fait progresser le scénario du Clash. Si Wahington pouvait se tromper à ce point sur les intentions Nord Coréennes, alors pourquoi faire confiance aux États-Unis en ce qui concerne l’Iran nucléaire ?

Ce scénario catalysé par Wiki a fait quitter Israël du devant de la scène Israël faveur de l’Iran.

Même les détenus U.S. à Guantanamo sont de nouveau en question, remettant le feu à ce spectacle honteux comme une provocation à l’extrémisme et à la terreur. Les diplomates U.S. vont maintenant être soupçonnés d’espionner et de mentir. Quelle nation peut maintenant avoir suffisamment confiance en les Américains pour échanger des données confidentielles avec eux ?

En bref, les risques se sont accrus pour tout le monde.

Sauf Israël.

Israël lancerait une attaque sur l’Iran, Tel Aviv pourrait citer WikiLeaks comme justification. Bien qu’une attaque serait calamiteuse d’un point de vue humain, économique et financier, même cette issue prévisible serait amoindrie par la haine persistante qui s’ensuivrait.

Ça aussi, c’est prévisible -dans la perspective de théorie des jeux de ceux qui promeuvent le Clash.

L’effet de l’invasion U.S. de l’Irak était prévisible. Le roi Abdullah d’Arabie Saoudite l’avait prévu, disant simplement que l’invasion U.S. “donnerait l’Irak à l’Iran comme un cadeau sur un plateau doré”.

Avec l’élimination du leader Sunnite Saddam Hussein, les Chiites numériquement supérieurs en Irak ont été entraînés dans l’orbite politique de l’Iran majoritairement Chiite.

Les théoriciens des jeux centrent leur manipulation des enjeux sur leur contrôle des variables clés. Ensuite, les évènements se déroulent d’eux-mêmes. L’impact de ces communications en termes de discrédit était conséquent et parfaitement prévisible.

Un officier responsable de dossiers du Mossad a expliqué le succès d’Israël dans la maîtrise de la guerre par voie de tromperie : “Une fois que l’orchestre commence à jouer, nous nous contentons de fredonner”.

Ils sont, après tout, l’autorité de référence dans le domaine.

2010 Copyright – Jeff Gates

Traduction ici par Nicole pour:

sur veteranstoday.com [archive]

.

Mises à jour et autres
  • Qui est derrière Wikileaks? Dec. 2010 par Pr Michel Chossudovsky [de globalresearch.ca un site de critique la politique étrangère américaine et pro-Russie]
  • ‘Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a défendu mercredi sa divulgation de documents américains classifiés en citant le Premier ministre Benjamin Netanyahu comme un exemple de dirigeant mondial qui pense que les publications aideront la diplomatie mondiale.’ Sur haaretz (site de gauche israélienne), le 2 déc. 2010
.
  • Alan Sabrosky, Ph.D, de l’Université du Michigan, est un vétéran de dix ans du US Marine Corps et diplômé du US Army War College, a écrit le 8 décembre 2010:

“(…) Donc, ceux-ci, au moins, sont probablement l’œuvre de Israéliens-américains ou simplement d’israéliens mettant leur propre façon de voir les choses, inclus dans une masse de câbles autrement justifiée comme camouflage et pour validation..

Un site d’information australien a conclu que “[les] câbles WikiLeaks [sont] le 9/11 de la diplomatie mondiale”.

Un peu trop, malheureusement vrai – même source, véhicule et lieu différents, tous contribuant à ouvrir la voie à une nouvelle guerre inutile au service d’Israël, cette fois contre l’Iran.

Les dieux pleurent – mais pas, vraisemblablement, Yahweh.”

.

  • Qui est qui chez Wikileaks? [2010]
  • Wikileaks, dénonciateurs légitimes ou CointelPro? Août 2010 [archive]
  • Une manœuvre des services de renseignements derrière la publication des documents «secrets» de Wikileaks? Août 2010, par F. William Engdahl sur mondialisation.ca ou Global Research. [W. Engdahl est un contributeur du site russe New Eastern Outlook et de Veterans Today et un collaborateur régulier de Russia Today.]
  • Iran: les États-Unis derrière les révélations de Wikileaks – Un diplomate iranien de haut rang affirme que les récentes révélations du site Web de dénonciation Wikileaks sont un stratagème de Washington pour dissimuler les violations des droits de l’homme par les États-Unis. Source selon eux Press TV [une chaîne d’État iranienne, 25 oct. 2010]
  • ‘Si WikiLeaks n’avait pas existé, Israël aurait ont dû l’inventer.’ – Le monde pense comme nous? [Ynet est un site Internet israélien, Nov 2010]
  • Netanyahu: Les révélations de WikiLeaks ont été bonnes pour Israël, nov. 2010, haaretz [Site de gauche israëlien]
  • Wikileaks, la fraude et pseudo-délateur – Nov 2010
  • Quelques sources relevées par Aangirfan sur son article, le Wikileaks d’Assange est faux, Dec 2010 en [archive]
.
  • Aux États-Unis, Julian Assange est peut-être désormais l’ennemi public numéro un. Certains politiciens américains ont même appelé à son exécution. Mais il y a moins d’un an, le fondateur de WikiLeaks a été officiellement reçu lors d’un cocktail à l’ambassade des États-Unis par l’un des mêmes diplomates dont il allait bientôt dévoiler les secrets au monde. 13 dec. 2010, telegraph.co.uk
  • Le fondateur de Wikileaks a travaillé sur le système d’espionnage informatique du renseignement américain dans les années 1990? fev. 2011
  • Les employés extrémistes d’Assange Pourquoi WikiLeaks emploie-t-il un négationniste bien connu et son fils en disgrâce? Reason, Dec. 2010
  • Le journaliste antisémite notoire Israel Shamir a été activement impliqué dans le développement du réseau WikiLeaks – Il a agi en tant que représentant de WikiLeaks en Russie. 2 juin 2011, Chronique juive
  • Le nazi/antisémite Joran Jermas (alias “Israel Shamir”, journaliste russe est né en Sibérie de parents juifs) impliqué dans la création de WikiLeaks, sur Spitfire List, 5 juin 2011
  • Israel Shamir se présente sur son site comme un intellectuel russo-israélien de premier plan et un écrivain, traducteur et journaliste. Mais en 2001, il a changé son nom en Jöran Jermas et s’est entouré en Suède et en Norvège d’antisémites et d’étranges théoriciens du complot. Mai 2004, Search Light Magazine [archive]
.
  • WikiLeaks, le fondateur Julian Assange et un réseau nazi/fasciste/antisémite opérant depuis la Suède, sur Spitfire List, 2011
  • Ian Greenhalgh sur Veteran Today: ‘Si Wikileaks était une véritable organisation réalisant de véritables fuites qui causent de réels dommages à de vraies personnes et même à des nations, alors ceux qui sont chargés de protéger ces personnes et ces nations, comme le FBI, feraient sûrement tomber des portes et feraient des arrestations et des demandes d’extradition .. Le FBI ne recherche aucun membre de Wikileaks. Personne ne les chasse, ni ne leur coupe l’argent, ni même limite leurs déplacements, ni ne les accuse de quoi que ce soit .. Sans la protection du FBI et d’autres actifs israéliens aux États-Unis, alors Wikileaks ne pourrait pas fonctionner ni survivre.’ – 20 dec 2016.
  • Assange a transformé le fil Twitter de WikiLeaks en une organisation pour aider Trump? The Intercept, 6 août 2016
  • Le gouvernement russe Rapport: Snowden et Greenwald sont des fraudeurs de la CIA? Par Ian Greenhalgh, sept. 2016 sur Veteran Today [archive]. Faut-il prendre au sérieux cette information? Il y a sûrement du vrai mais il y a d’autres informations qui font penser que la Russie est aussi de la partie (TRUMP, ZHIRINOVSKY et MAFIA SIONISTEPoutine, Trump et Kosker Nostra)
  • La correspondance secrète entre Donald Trump Jr. et WikiLeaks par The Atlantic [2017]
  • Trump a fait l’éloge du groupe [Wikileaks] qui a publié des e-mails volés alors même qu’il aurait dû savoir qu’il s’agissait d’une branche des services de renseignement russes. [Huffpost, décembre 2017]
  • Roger Stone, un conseiller informel du président Donald Trump, aurait eu des contacts avec le fondateur de Wikileaks, Julian Assange , lors des élections américaines de 2016. Mars 2018, independent.co.uk
.
  • ‘Wikileaks est une opération Rothschild: les Rothschild utilisent Wikileaks pour blesser la banque rivale, la caution de Julian Assange payée par la belle-sœur Rothschild’ ? – 19 avr. 2019 sur Veteran Today

Tag Tag Wikileaks / Julian Assange 

.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *