Clubs, Organs, Institutions

Tunisia and the dictates of the IMF : How macroeconomic policy drives poverty and unemployment around the world

See the video (2008) « Quand Dominique Strauss-Kahn félicitait Ben Ali pour sa politique modèle »


Photo : In 2008, "President Ben Ali decorated M. Dominique Strauss-Khan des insignes de Grand officier de l’ordre de la République en considération pour ses qualités intellectuelles et ses contributions au renforcement du développement économique à l’échelle mondiale et notamment celles appelant à une meilleure intégration dans le bassin méditerranéen et la prise en compte des aspirations des peuples à la stabilité, la paix et la prospérité.»  
*

By Michel Chossudovsky
 
Les médias occidentaux proclament, en chœur, que le général Zine el-Abidine Ben Ali, ancien président déchu de la Tunisie, est un dictateur.

The Tunisian protest movement is simply described as the consequence of an undemocratic and authoritarian regime defying the standards of the "international community".
However, Ben Ali was not a "dictator". Dictators decide and dictate. Ben Ali was a servant of Western economic interests, a faithful puppet who obeyed orders, with the sustained support of the international community.
Foreign interference in Tunisia’s internal affairs not mentioned in media reports. Food price hikes were not "dictated" by the Ben Ali government, mais imposées par Wall Street et le Fonds monétaire international (FMI).
Le rôle du gouvernement Ben Ali a été d’appliquer la médecine économique mortelle du FMI, laquelle, sur une période de plus de 20 years, a servi à déstabiliser l’économie nationale et à appauvrir la population tunisienne.
En tant que chef d’État, Ben Ali n’a pas pris de décision importante. La souveraineté nationale était un souvenir. In 1987, au plus fort de la crise de la dette, le gouvernement nationaliste de gauche d’Habib Bourguiba a été remplacé par un nouveau régime, fermement engagé à adopter des réformes du « marché libre ».
La gestion macro-économique sous le commandement du FMI était aux mains des créanciers extérieurs de la Tunisie. During 23 last years, la politique sociale et économique du pays a été dictée par le consensus de Washington.
Ben Ali est demeuré au pouvoir, car son gouvernement a obéi et appliqué efficacement les dictats du FMI, tout en servant à la fois les intérêts des États-Unis et ceux de l’Union européenne.
Ce système a été implanté dans de nombreux pays.
La continuité des réformes fatales du FMI requiert un « changement de régime ». La mise en place d’une marionnette politique assure l’application du programme néolibéral, tout en créant des conditions propices à l’effondrement éventuel d’un gouvernement corrompu et impopulaire ayant servi à appauvrir une population entière.
Le mouvement de protestation
Ce ne sont pas Wall Street et les institutions financières internationales situées à Washington qui sont la cible directe du mouvement de protestation. L’implosion sociale a été dirigée contre un gouvernement plutôt que contre l’interférence des puissances étrangères dans l’orientation de la politique gouvernementale.
Au début, les protestations n’étaient pas le résultat d’un mouvement politique organisé et dirigé contre l’imposition des réformes néolibérales.
De plus, there are indications that the protest movement was manipulated to create social chaos, as well as ensuring political continuity. Unsubstantiated reports reveal acts of repression and intimidation by armed militias in large urban areas.
The question that matters is how will the crisis evolve? How will the broader issue of foreign interference be approached by the Tunisian people?
From the point of view of Washington and Brussels, plans to replace an unpopular and authoritarian regime with a new puppet government. Des élections sont envisagées sous la supervision de la soi-disant communauté internationale, auquel cas des candidats seraient présélectionnés et approuvés.
Si ce processus de changement de régime devait être mis en œuvre pour le compte d’intérêts étrangers, le nouveau gouvernement mandataire assurerait sans doute la continuité du programme politique néolibéral ayant servi à appauvrir la population tunisienne.
Le gouvernement transitoire mené par le président intérimaire Fouad Mebazza se trouve actuellement dans une impasse, avec une opposition féroce émanant du mouvement syndical (UGTT). Mebazza pledged to 'break with the past', but did not specify whether this would mean the cancellation of neoliberal economic reforms.
Historical overview
In chorus, the media presented the crisis in Tunisia as a matter of domestic politics, without offering a historical perspective. The presumption is that with the deposition of the “dictator” and the installation of a duly elected government, the social crisis will be resolved sooner or later.
The first “bread riots” in Tunisia date back to 1984. The January protest movement 1984 was caused by a 100 percent rise in bread prices. This increase was demanded by the IMF as part of the Tunisian structural adjustment program (NOT). The elimination of food subsidies was a condition de facto of the loan agreement with the IMF.
President Habib Bourguiba, who played a historic role in the liberation of Tunisia from French colonialism, declared a state of emergency in reaction to the riots:
As the shots rang out, police and army troops in jeeps and armored personnel carriers deployed across town to quell the "bread riot". The show of force finally brought an eerie calm, but only after more than 50 demonstrators and passers-by were killed. Ensuite, in a five-minute drama broadcast on radio and television, Bourguiba announced he was canceling the price hike. (Tunisia: Bourguiba Lets Them Eat Bread – TIME, January 1984)
After the disavowal of President Bourguiba, the bread price hike has been canceled. Bourguiba fired his interior minister and refused to comply with the demands of the Washington consensus.
The neoliberal program had nevertheless been established and had led to galloping inflation and mass unemployment.. Three years later, Bourguiba and his government ousted in a bloodless coup, "Due to incompetence". This led to the installation of General Zine el-Abidine Ben Ali as president in November 1987. This shot was not aimed at Bourguiba: it was largely intended to permanently dismantle the nationalist political structure initially established in the mid-1980s. 1950, while privatizing state assets.
The military coup not only marked the end of postcolonial nationalism led by Bourguiba, he also contributed to weaken the role of France. The Ben Ali government has firmly aligned itself with Washington rather than Paris.
Barely a few months after Ben Ali was installed as president in November 1987, a major agreement was signed with the IMF. An agreement was also reached with Brussels on the establishment of a free trade regime with the European Union. A massive privatization program under the supervision of the IMF and the World Bank has also been launched. With hourly wages of around 0,75 euro, Tunisia had also become a haven for cheap labor for the European Union.
Who is the dictator?
A review of IMF documents suggests that since the inauguration of Ben Ali in 1987 till today, his government had faithfully complied with IMF and World Bank conditionalities, including the dismissal of public sector workers, the elimination of price controls on essential consumer goods and the implementation of a radical privatization program. The abolition of trade barriers ordered by the World Bank has triggered a wave of bankruptcies.
Following these upheavals in the national economy, cash rebates from Tunisian workers in the European Union have become an increasingly important source of foreign exchange earnings.
About 65,000 Tunisians live abroad. In 2010, the total amount of cash back was in the order of $ 1.960 billion, an increase of 57% compared to 2003. A large part of these remittances will be used to service the external debt..
The speculative rise in food prices around the world
In September 2010, an agreement was concluded between Tunis and the IMF, which recommended the cancellation of the remaining subsidies as a means of achieving fiscal balance.
  • La prudence fiscale demeure une priorité très importante pour les autorités [tunisiennes], who, dans l’environnement international actuel, voient également la nécessité de maintenir en 2010 une politique budgétaire d’un grand secours. Au cours de la dernière décennie, les efforts visant à réduire significativement le ratio d’endettement public ne devraient pas être compromis par un politique budgétaire trop laxiste. Les autorités sont engagées à contrôler fermement les dépenses actuelles, incluant les subventions […] (IMF Tunisia: 2010 Article IV ConsultationStaff Report; Public Information Notice on the Executive Board Discussion; and Statement by the Executive Director for Tunisia http://www.imf.org/external/pubs/ft/scr/2010/cr10282.pdf)

Il convient de noter que l’insistance du FMI relativement à l’austérité budgétaire et à l’abolition des subventions coïncide chronologiquement avec une nouvelle augmentation des prix des aliments de base aux bourses de marchandise de London, New York et Chicago. Ces hausses de prix sont en grande partie le résultat des spéculations pratiquées par d’importants intérêts financiers et commerciaux de l’industrie agricole.
Ces augmentations des prix des aliments, résultant d’une manipulation pure et simple (plutôt que de la rareté), ont servi à appauvrir des populations partout dans le monde. Ces hausses constituent une nouvelle étape dans le processus d’appauvrissement mondial.
  • "The media simply misled public opinion about the causes of these price increases, focusing almost exclusively on questions of production costs, climate and other factors leading to depletion of reserves and potentially increasing the price of essential commodities. Although these factors may come into play, their relevance is limited in explaining the impressive and dramatic rise in commodity prices.

  • Soaring food prices are largely due to market manipulation. It is attributable to speculative transactions in commodity markets. Grain prices are artificially increased by large-scale speculative operations at the New York and Chicago Mercantile Exchanges.

  • Speculative wheat transactions, rice or maize can take place without any real commodity transactions. Institutions that speculate in the grain market are not necessarily involved in the actual sale and delivery of grain.
  • Transactions can use Commodity Index funds, which are bets on the general upward or downward movement of commodity prices. A "put option" is a bet that the price will decrease, a "call option" a bet that the price will increase. By concerted manipulation, institutional traders and financial institutions drive up the price and then place their bets on an upward movement in the price of a particular commodity.

  • Speculation generates volatility in the markets. In return, the resulting instability encourages more speculative activity.

  • Gains are made when prices rise. Conversely, if the speculator winds up, gains will be recorded when prices fall.

Il y a eu, of 2006 at 2008, une hausse dramatique des prix de tous les produits essentiels, dont le riz, le blé et le maïs. Le prix du riz a triplé en cinq ans, passant d’environ 600 $ la tonne en 2003 à plus de 1800 $ la tonne en mai 2008.

(Michel Chossudovsky, http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=9191. Pour plus de détails voir Michel Chossudovsky, chapitre 7, Global Poverty and the Economic Crisis dans Michel Chossudovsky et Andrew Gavin Marshall, éditeursThe Global Economic Crisis, The Great Depression of the XXI Century, Global Research, Montréal 2010,http://globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=20425 )
L’augmentation récente du prix du grain est caractérisée par un bond de 32 % enregistré durant la deuxième moitié de 2010 dans l’indice composite des prix alimentaires.
  • La forte hausse des prix du sucre, des céréales et des oléagineux a conduit les prix alimentaires mondiaux à un record en décembre, dépassant les coûts de 2008, lesquels avaient déclenché des émeutes à travers le monde, et suscitant des mises en garde à l’effet que les prix s’aventuraient en terrain dangereux.

Amère ironie: avec une augmentation du prix des aliments en arrière-plan, le FMI recommande l’annulation des subventions dans le but d’atteindre l’objectif d’austérité budgétaire.

Manipulation des données sur la pauvreté et le chômage

Il règne un climat de désespoir social, les vies sont brisées.

Alors que le mouvement de protestation en Tunisie est visiblement le résultat d’un processus d’appauvrissement de masse, la Banque mondiale soutient que les niveaux de pauvreté ont été réduits grâce aux réformes de libre-marché adoptées par le gouvernement Ben Ali.
Selon le rapport de la Banque mondiale sur la Tunisie, le gouvernement tunisien (avec l’appui des institutions de Bretton Woods) a contribué à réduire les niveaux de pauvreté à 7 % (des niveaux nettement plus bas que ceux enregistrés aux États-Unis et dans l’Union européenne). 
  • La Tunisie a enregistré des progrès remarquables en matière de croissance équitable, de lutte contre la pauvreté et d’indicateurs sociaux. Son taux de croissance s’est maintenu à 5 % en moyenne au cours des vingt dernières années, avec une progression régulière du revenu par habitant et une augmentation parallèle du bien-être de sa population mise en évidence par un taux de pauvreté qui est parmi les plus bas de la région (7 %).

  • La réduction de la pauvreté est attribuable principalement à la progression régulière du revenu par habitant […] L’amélioration du réseau routier rural a joué un rôle particulièrement important en permettant aux populations pauvres vivant dans les campagnes d’accéder aux marchés et aux services urbains. Housing programs have improved the living conditions of the poor and generated income and savings to finance food and non-food expenses, which also helped to act favorably on poverty alleviation. Food subsidies, which were intended for the poor, although they did not perform optimally, also helped poor city dwellers. (World Bank, Presentation note from Tunisia)

These poverty figures are pure fabrications, not to mention the underlying economic and social "analysis". Ils présentent le libre-marché comme le moteur de réduction de la pauvreté. Le cadre analytique de la Banque mondiale est utilisé pour justifier un processus de « répression économique » appliqué dans plus de 150 pays en développement à travers le monde.
Comme seulement 7 % de la population vit dans la pauvreté (comme le suggère l’« estimation » de la Banque mondiale) et que 93 % arrive à satisfaire ses besoins fondamentaux en termes de nourriture, de logement, de santé et d’éducation, il n’y aurait pas de crise en Tunisie.
La Banque mondiale participe activement à la manipulation de données et à la déformation de la détresse des Tunisiens. Le taux de chômage officiel est de 14 % et le niveau réel de chômage est beaucoup plus élevé. Le taux de chômage enregistré chez les jeunes est de l’ordre de 30 %. Les services sociaux, dont la santé et l’éducation, se sont effondrés sous le poids des mesures d’austérité économique du FMI et de la Banque mondiale.
La Tunisie et le monde
Ce qui arrive en Tunisie relève d’un processus économique mondial qui détruit la vie des gens par la manipulation délibérée des forces du marché.
De manière plus générale, « les dures réalités économiques et sociales sous-jacentes aux interventions du FMI sont la forte hausse du prix des denrées alimentaires, des famines au niveau local, des mises à pieds massives de travailleurs urbains et de fonctionnaires, ainsi que la destruction des programmes sociaux. Le pouvoir d’achat à l’échelle nationale s’est effondré, des cliniques médicales et des écoles ont été fermées, et des centaines de millions d’enfants sont privés de leur droit à un enseignement primaire ». (Michel Chossudovsky, Global Famine, op cit.)

Il est nécessaire de diriger le mouvement de protestation non seulement contre le gouvernement mais aussi contre l’ambassade étasunienne, la délégation de l’Union européenne et les missions du FMI et de la Banque mondiale en Tunisie. [M. C. mis à jour le on 22 January 2010]

Original article in English : Tunisia and the IMF’s Diktats: How Macro-Economic Policy Triggers Worldwide Poverty and Unemployment, published on 20 January 2011.

Traduit par Julie Lévesque pour Mondialisation.ca. HERE

 
Michel Chossudovsky
 is Director of the Center for Research on Globalization and Emeritus Professor of Economics at the University of Ottawa. He is the author of War and globalization, The truth behind the 11 September and some Globalization of poverty and the new world order (international bestseller published in 12 languages).

 Articles by Michel Chossudovsky published by Mondialisation.ca

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published.