Drogues Toxiques Armes, Industrie / Santé / Armement

Des essais de guerres chimiques et biologiques dans le Pacifique – et l’Australie? Projet SHAD et 112…

Source en anglais: www.nautilus.org/

Traduction Dailycensorship,

 Le 21 Juin 2011

Introduction


Un écrit de Nic Maclellan à l’Institut Nautilus au RMIT(Royal Melbourne Institute of Technology) a récemment révélé que dans les années 1960, les Etats-Unis ont demandé, au gouvernement australien, la permission de tester du gaz neurotoxique dans le Queensland. Ce qui “faisait partie d’un programme plus large d’essais d’armes chimiques et biologiques pendant la guerre froide” et que ce sujet demeure très ignoré.
 Maclellan note que dans les années 1960, sous le cadre du Projet 112 et SHAD, des armes de sarin, le VX(le VX est un gaz neurotoxiqueinventé dans un centre de recherche britannique en 1952) et d’autres agents chimiques et biologiques ont été testés à Hawaii, le Panama et les îles Marshall. Ces expériences “ont impliqué 4300 militaires du personnel des États-Unis, principalement de la Marine”. 
Maclellan conclut que : “le gouvernement australien doit exiger que les États-Unis libèrent davantage de détails, pour clarifier si ces essais ont été effectivement réalisés en Australie ou sur d’autres îles du pacifique, des pays voisins.”
Essai: Tests de guerres chimiques et biologiques US dans le Pacifique – et l’Australie?
Durant les années 1960, des propositions militaires américaines de tester des gaz neurotoxiques en Australie, par largage sur ​​des soldats dans une forêt tropicale à distance du Queensland, ont été découverts dans les archives du gouvernement australien par un programme du dimanche sur la chaine de télévision 9. Selon le journaliste Ross Coulthart:
Récemment, des fichiers du Ministère de la Défense australienne et du Premier ministre ont été déclassifiés montrant que les Etats-Unis ont fait fortement pression sur le gouvernement pour des essais sur le sol australien de deux des armes chimiques les plus meurtrières jamais développées, VX et GB – Sarin – gaz neurotoxique. Le plan prévoyait que 200 troupes de combat australiennes soient bombardés et pulvérisés, principalement par voie aérienne, avec des armes chimiques – tous inclus, mais une poignée de soldats ont été maintenus dans l’ignorance sur les détails complets des tests.

Le site
Web de l’émission du dimanchedonne des liens vers les documents obtenus conformément au FOI, incluant:
  • La demande initiale de Robert McNamara au secrétaire de la Défense des États-Unis,en Juillet 1962, pour les essais du gaz neurotoxique en Australie. 
Durant les années 1960, la demande pour mener des essais d’armes chimiques en Australie – au moment de l’invasion américaine au Sud du Vietnam – pendant la guerre froide, a fait parti d’un programme plus ample sur des essais d’armes chimiques et biologiques. Entre 1963 et 1970, sous un programme, d’essais américains, nommé Projet 112, 109 des tests d’armes chimiques et biologiques ont été planifiés. 
Le Projet SHAD, acronyme de ‘Shipboard Hazard and Defense’, a fait partie d’un programme plus vaste. Le Projet 112 comprenaient des tests sur la terre tandis que le Projet SHAD comprenait des tests en mer conçu pour identifier les vulnérabilités des navires de guerre américains à des attaques de guerre par des agents chimiques ou biologiques et pour élaborer des procédures en réponse à de telles attaques, tout en maintenant une capacité de combat.

Les Propositions, pour les essais d’armes chimiques et biologiques dans le taillis australien, doivent être considérées à la lumière des essais d’armes américaines qui ont effectivement eu lieu, durant les années 1960, dans les forêts d’Hawaii et de Panama au titre du Projet 112 et SHAD. Par exemple, le Test Red Oak a été mené pour évaluer l ‘efficacité des obus de 155mm et des têtes de missile de 115mm remplies de sarin, tirés dans le cadre d’une jungle. 
La phase 1 de cette épreuve a été réalisée en avril-mai 1967 sur l’île de Hawaï et dans la zone du Canal de Panama; testant des têtes de missile M55 et la diffusion de sarin à partir des projectiles d’un produit chimique M121A1 dans la partie supérieure d’une forêt et réserve naturelle Waiakeasur l’île d’Hawaii, au sud-ouest de Hilo.
Le test de brume verte a eu lieu en Mars 1967 pour évaluer la dose efficace de couverture qui peut être attendue si des petites bombes M-139 remplies de sarin seraient lâchées à partir de quatre différents systèmes d’armes au-dessus d’une canopée. Entre 1964 à 1968, sous le Projet SHAD, l’US Navy a effectué six essais dans les îles Marshall et au large des côtes de Hawaii. 
Les documents du Pentagone publiés en 2002, montrent l’US Defense Department pulvériser des neurotoxiques vivants et des agents biologiques sur des navires et des marins, et lâcher une germe toxine sur l’atoll d’Enewetak dans les îles Marshall.
Ces expériences en Guerre froide pour tester la vulnérabilité de la marine à des guerres toxiques impliqués 4300 militaires sur le personnel des États-Unis, principalement de la Marine. La majorité n’ont jamais été informés sur les tests qui ont été menés, violant tous les principes d’éthique sur le consentement éclairé des sujets de test.
Sur les six essais SHAD où les détails sont disponibles, trois utilisés le sarin ou le gaz neurotoxique VX, tandis que l’un utilise la toxine biologique l’entérotoxine staphylococcique B (SEB). 
Le sarin et VX sont les deux hautement mortels et les autres agents utilisés dans les essais inclus des carcinogènes connus. 
En 1964, un test de Phase I nommée Flower Drum, mené au large des côtes de Hawaii, ont pulvérisé du Sarin et un simulant chimique sur un US Navy et dans son système de ventilation pendant que l’équipage portaient des différents niveaux d’équipement de protection. 
 En 1965, un autre test SHAD, nom de code “Fearless Johnny”,  a permis de pulvériser un agent neurotoxique VX sur le même cargo, au sud-ouest d’Honolulu. 
Une autre expérience, Désert Test Center Test 68-50, était destiné à déterminer les niveaux de dommages d’un jet F-4 Phantom par projection SEB, une germe toxique paralysante. 
En 1968, le test a été effectué dans les îles Marshall, avec un jet de pulvérisation de la brume mortelle sur une partie de l’atoll d’Enewetak et cinq légers remorqueurs de l’armée.
De plus amples détails, du Projet 112 et du Projet SHAD, avec des documents déclassifiés sur certains de ces tests, peuvent être trouvés sur le site US Department of Defense SHAD
Des copies des autres documents sur le Projet SHAD et les impacts possibles sur la santé du personnel militaire américain sont disponibles sur le site SHAD du ministère américain des Anciens combattants.
Le  ministre de la Défense Australienne Joel Fitzgibbon a appelé à un briefing complet sur ​​la proposition de ces tests détenus en Australie. 
Channel 9 a cité l’ancien premier ministre Malcolm Fraser, qui était ministre de l’armée de 1966 à 1968, comme niant toute connaissance de la proposition américaine. 
“Si quelque chose comme ça m’avait été rapporté par l’armée du ministre, j’aurais été aussi interrogé… avec le président américain, que diable êtes vous en train de faire?”
Comme l’historique complète du Projet 112 et le Projet SHAD doit encore être déclassifiés, le gouvernement australien doit exiger que les États-Unis libèrent davantage de détails, pour clarifier si ces essais ont été effectivement réalisés en Australie ou sur d’autres îles du pacifique, des pays voisins.

A propos de l’auteur 

Nic Maclellan has worked as a journalist, researcher and development worker in the Pacific. He is the project researcher for the Nautilus Institute Australian Forces Abroad Briefing Books Australia in Solomon Islands, Australia in Tonga, and Australia in the Pacific Islands. He is the author of La France dans le Pacifique – de Bougainville a Moruroa (Editions la Decouverte, Paris, 1992), After Moruroa – France in the South Pacific, (with Jean Chesnaux)  (Ocean Press, 1997), Louise Michel: Rebel Lives, (Ocean Press, 2004), and Kirisimasi  (with Losena Tubanavau-Salabula and Josua M. Namoce and Pacific Concerns Resource Centre, (PCRC, Suva, 1999), a history of the Fijian soldiers and sailors who witnessed Britain’s nuclear tests in the Pacific in the 1950s. Email: nicmaclellan@optusnet.com.au

Source en anglais: www.nautilus.org/

Traduction Dailycensorship




Info +:

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.