Faux Drapeau Op. Psycho Manipulation, Russie & Eurasianisme

Poutine et des combattants russes contre la Syrie ?

“Les Russes ont longtemps été préoccupés par l’impact de la vie en prison sur les opinions idéologiques des détenus. Lénine a appelé les prisons et l’exil “nos universités”, des occasions pour les membres du parti d’approfondir leur connaissance de la théorie révolutionnaire et d’en recruter d’autres pour la cause.”
Poutine, son rôle en Syrie et sur le Monde ?
Saviez-vous que des prisonniers russes sont recrutés pour ISIS ?
Et cette façon de faire ne date pas d’aujourd’hui…
“Ce soi-disant terrorisme islamique d’aujourd’hui, comme Al-Qaïda – dont les principaux dirigeants ont reçu une formation successive du KGB et du FSB russes. Ignorant le rôle qui lui est assigné, la fonction d’Al-Qaïda est d’affaiblir les États-Unis qui, selon Tretyakov, sont aujourd’hui la “cible principale” de la Fédération de Russie.
Bien que la Fédération de Russie déclare officiellement qu’elle est opposée à Al-Qaïda, une chose qu’elle ne peut pas cacher est l’implication du KGB / FSB dans la création et l’expansion d’Al-Qaïda. L’histoire de l’implication de la Russie dans ce qui est devenu aujourd’hui l’organisation terroriste Al-Qaïda peut être retracée à travers un examen plus approfondi de Gulbuddin Hekmatyar, ancien Premier ministre afghan sous le régime des Taliban et actuel dirigeant moudjahidin afghan.”

Cf: La connexion KGB-Al’Qaeda (24 janvier 2011)

Une enquête récente menée par Novaya Gazeta, l’un des rares journaux indépendants restés en Russie, complique cette histoire chaleureuse de coopération antiterroriste. Sur la base d’un travail de terrain approfondi dans un village du Caucase du Nord, la journaliste Elena Milashina a conclu que les “services spéciaux russes ont contrôlé” le flux de djihadistes en Syrie, où ils se sont récemment associés non seulement à l’État islamique mais à d’autres factions islamistes radicales. En d’autres termes, les responsables russes ajoutent aux rangs des terroristes que le gouvernement russe a considéré comme une menace collective pour la sécurité et la longévité de son allié dictatorial en Méditerranée, Bachar al-Assad. cf: Double jeu de la Russie avec la terreur islamique (Article du 12 juillet 2017)
Sérieux?
Quand je vois cette information, personnellement, je me demande pourquoi un journal indépendant russe risquerait de sortir une information pareil, alors que la mode générale est de dire que les terroristes ne sont qu’une création des États-Unis et qu’ils servent leurs intérêts.

Cf: Un déserteur du FSB affirme que les liens de Moscou avec l’Etat islamique sont cohérents avec d’autres preuves, selon Kirillova

Des prisonniers russes pour l’EI – part2

cf: Des Russes ethniques se convertissant à l’islam radical et recrutés dans l’Etat islamique dans les prisons russes, selon Silantyev

“Imaginez un monde dans lequel la vieille division gauche-droite et le conflit est-ouest de la guerre froide étaient pratiquement hors de propos. Le conflit de conséquences serait entre traditionalistes et pluralistes, entre internationalistes et nativistes, entre autocratie et libéralisme. C’est le monde de Douguine. En cela, Trump et Poutine, malgré toutes leurs différences, seraient du même côté.”  
 

En effet, les informations pro-Poutiniste ou pro-Russia ont utilisé des techniques de persuasion avec divers moyens, et en l’occurrence le Net a été d’une grande aide pour propager leurs idées.

Tout d’un coup, Poutine et ses comparses avaient  une armée de twitter, de bloggeurs et mêmes des geeks qui se relayaient les données pro-Russes sans avoir verifié la source et le contenu de l’article.

Le soutien pour la Russie c’est donc accru à une vitesse rapide et phénoménal.

Je ne pensais pas que toute cette propagande pro-Poutiniste ou Russe aurait pris autant d’esprit dans leur filet.

Mais n’est-ce pas le but de la propagande?

Le but était en premier lieu de faire passer dans l’esprit des gens que Poutine va réagir pour éliminer la menace terroriste et sécuriser le peuple Syrien. Et qu’elle était donc la seule à faire face à la grande puissance US.

Il n’y a pas de doute, les États-Unis ont eu une longue et torride histoire de soutien aux groupes terroristes et cela ne surprendra que ceux qui regardent les grands médias et ignorent l’histoire.La CIA a bien aidé des combattants dit terroristes pour leurs intérêts. 

En général quand des services de renseignements (CIA / KGB / FSB) forment des combattants, il serait logique de dire qu’ils sont leurs partenaires et qu’en aucun cas ces derniers pourraient être insulter de terroristes. À moins qu’ils ont été formés pour cet effet et que donc leurs formateurs respectifs seraient aussi coupables de terrorisme.

Et si Poutine utilisait aussi l’épouvantail de la terreur islamique à ses propres fins?

Le 16 juillet 2005, dans un article intitulé “Un adjoint d’Al-Qaïda formé par les services secrets russes”, l’Agence France Presse (AFP) a rapporté que “le numéro deux d’Al-Qaïda a été formé par les services secrets russes et a été agent du KGB avant devenir le bras droit d’Oussama Ben Laden.” Le rapport était basé sur “l’ex-agent du FSB Alexander Litvinenko”. 

Litvinenko a identifié l’agent d’Al-Qaïda comme “Ayman al-Zawahiri formé dans une base du Service fédéral de sécurité (FSB, ancien KGB) au Daghestan en 1998”. qui a été tué par poison à Londres, après s’être échappé de Moscou en 2000.  (Cf: La connexion KGB-Al’Qaed)

Double jeu de la Russie avec la terreur islamique

“Même si Washington vante ses partenariats antiterroristes avec Moscou, les preuves indiquent que les services de renseignement de Poutine aident pratiquement l’État islamique.”
Dailycensorship
Sources – Liens dans l’article
(Veuillez excuser le son des vidéos, elles ont été faites à la hâte)

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.