Dualités & Nouveau Désordre Mondial Faux drapeau / 11 Sep. 2001 / PsyOps, Guerres, Tortures

Détentions, transferts illégaux et tortures de la CIA

Un post datant du 28 août 2010, ICI.

Je reviens sur les faits. [La vidéo a été censurée]

‘Des enregistrements découverts, par hasard en 2007, à la CIA ont révélé l’interrogatoire de Ramzi Binalshibh, un des responsables des attentats du 11 septembre.

Ils montrent, notamment, que le terroriste souffrait déjà de schizophrénie.’

Désordre mental?

Fermeture de la CIA aussi !!

Si cet homme souffrait de désordre mental, pourquoi il n’a pas été déclaré inapte à subir son procès?

Le 2 juin 2016, On peut lire dans un article.  

Le témoignage des détenus, de Guantanamo, se concentre sur la “torture mentale”, au camp 7. Mais, les procureurs n’y croient pas.

“Ramzi bin al-Shibh (…) dit, qu’il est soumis à des vibrations et des sons, qui rappellent ce à quoi il a été exposé par la CIA.

Le genre de bruits forts qu’ils utiliseraient pour essayer de briser ces hommes.”

Dès le départ, ils comptaient les torturer? Ils ne cherchaient pas la justice?

Un psychologue trouve un accusé comploteur du 11 septembre mentalement incompétent en 2009

“Un psychologue, qui a examiné l’un des accusés jugés à Guantanamo Bay, à Cuba dans le cadre des attaques terroristes du 11 septembre 2001, a conclu que le détenu de grande valeur était mentalement incompétent, […]

[..] Xavier Amador, professeur à l’Université de Columbia, a interviewé Ramzi Binalshibh, […] il a déterminé que Binalshibh [bin al-Shibh] ne comprenait pas la procédure engagée contre lui et souffrait de délire, […]

“Il a été détenu pendant des années dans des prisons secrètes de la CIA.

Où, il a été soumis à des “techniques d’interrogatoires renforcées” que les défenseurs des droits humains ont qualifiées de torture.”

“Précédemment, les procureurs ont déclaré au tribunal que Binalshibh souffrait de problèmes de santé mentale et prenait une variété de médicaments pour “la schizophrénie et /ou des troubles bipolaires“.

Mais, la commission militaire de Guantanamo Bay n’a jamais déterminé son aptitude à subir son procès.’

‘Binalshibh a reçu un diagnostic de trouble délirant de persécution.’

Mais, les procureurs ont déclaré (dans leur dernier dossier judiciaire), que les psychiatres qui l’avaient examinés (dans le passé) pensaient, qu’il était apte, à subir son procès.’

“L’un des précédents avocats de la défense de Binalshibh a déclaré, que le séjour du Yéménite en détention à la CIA semble avoir contribué à ses problèmes de santé mentale.”

‘Binalshibh a passé quatre ans en détention, à la CIA (à partir de septembre 2002).’

Il a langui dans un isolement prolongé dans des “sites noirs” en Pologne, au Maroc et en Roumanie.

Selon d’anciens responsables de la CIA, il pourrait être provocant et pétulant.’

Le rapport de l’inspecteur général de la CIA sur le programme déclare ce qui suit..

‘Dans les prisons secrètes, les détenus étaient exposés à des techniques d’interrogatoires, qui étaient ‘conçues pour disloquer psychologiquement‘ le détenu; maximiser son sentiment de vulnérabilité et d’impuissance; et réduire ou éliminer sa volonté de résister.’

‘Selon un document judiciaire, non censuré obtenu en 2009, par le Washington Post, au moment où Binalshibh a atterri à Guantanamo Bay en 2006, il avait des problèmes.

Le mois suivant, lors d’une visite de suivi avec Binalshibh, le médecin a rapporté que le détenu ne pouvait pas dormir “le jour ou la nuit”, en raison de problèmes qu’il a subis dans un autre établissement.

Et, qu’il s’est plaint de ‘bruits, odeurs et vibrations légères’.”

“En janvier 2007, son état s’est aggravé. Et, le même médecin a soumis un mémorandum demandant que Binalshibh reçoive des médicaments antipsychotiques sans son consentement.”

“Le médecin de la Marine a déclaré, que Binalshibh souffrait d’un trouble délirant, pour lequel il n’a “aucune idée”. Ce qui signifie qu’il ne savait peut-être pas qu’il était mentalement malade.”


Les lois?

La Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants est un traité de droit international relatif aux droits de l’Homme.

Il a été adopté, dans le cadre des Nations unies, visant à empêcher la torture partout dans le monde.  

Les conventions de Genève sont des traités internationaux fondamentaux dans le domaine du droit international humanitaire.

Elles dictent les règles de conduite à adopter en période de conflits armés, notamment, pour la protection des civils, des membres de l’aide humanitaire, des blessés ou encore, des prisonniers de guerre.  

les défenseurs des droits humains ont qualifié de torture les “techniques d’interrogatoires” que Binalshibh a subit.  

Aucune de ces conventions s’est appliquée pour ses prisonniers détenus, dans ces “prisons”.

Prisons de non-droit? 

Des personnes peuvent-être enlevées, avec raisons ou non, et être torturées en toute impunité?

Pour quelles raisons des prisonniers sont-ils détenus pendant des années, dans des prisons secrètes de la CIA?

Et, sans avoir droit à une défense adéquate?  

Même si une personne rentre avec toute ses capacités mentales, dans ce genre de prison, il est difficile pour elle, de ne pas en subir des séquelles.


Dans un autre article en 2010.

On apprend que “La CIA a trouvé une vidéo … du comploteur du 11/9 Ramzi Binalshibh

Des preuves qui n’en sont pas?   

En 2007, un membre du personnel a découvert une boîte cachée sous un bureau […]

Et, ‘il a sorti les bandes de Binalshibh.”

Des bandes cachées?

“La CIA a fait allusion, pour la première fois à l’existence des enregistrements, en 2007, dans une lettre adressée à la juge […].

Le gouvernement a nié à deux reprises avoir de telles bandes; se rétractant une fois, qu’elles ont été découvertes.” 

“Si les enregistrements ont fait surface, lors du procès de Binalshibh, ils pourraient mettre en évidence le rôle du Maroc, dans un programme de lutte contre le terrorisme […], qui a autorisé la CIA, à détenir des terroristes, dans des prisons secrètes et à les transférer vers d’autres pays.’

Greystone?

Il est ‘connu sous le nom de Greystone’.

‘Mais, cette affaire n’a pu être faite qu’en raison du caractère inhabituel de la prison marocaine, qui a été largement financée par la CIA, mais dirigée par des Marocains, ont déclaré les anciens responsables de la CIA.”

“Le Maroc n’a jamais reconnu l’existence de centre de détention.”

“Le Maroc a une histoire d’abus en prison et de violations des droits de l’homme.

Une commission, créée au Maroc, a identifié des décennies de torture, de disparitions forcées, de mauvaises conditions de détention et de violences sexuelles.

Le rapport du département, d’État américain, […] fait état de nouvelles accusations de torture par les forces de sécurité.’

‘Mais les enregistrements, selon les responsables, ne font aucune mention du complot, du 11 septembre.’

On ne sait pas qui a fait les enregistrements ou comment ils sont arrivés au siège de l’agence.”

“Depuis son déménagement à Guantanamo, Binalshibh est apparu de plus en plus erratique.

Les archives judiciaires indiquent qu’il a cassé des caméras dans sa cellule et les a enduites d’excréments.”

Selon les archives judiciaires et les entretiens, il a connu des délires.

Et, ‘il se plaint, que la CIA secouait intentionnellement son lit et sa cellule.’

Il imagina des sensations de picotements, soupçonnant que des choses rampaient sur lui.

Et, il développa un tic nerveux, se grattant de manière obsessionnelle.”

“Neuf ans après sa capture, rien n’indique que Binalshibh et d’autres terroristes [..] feront face à des procès militaires ou civils.”

“Alors que, les enregistrements pourraient avoir une incidence sur tout procès à l’avenir, Binalshibh, d’autres accusés du 11 septembre et les conspirateurs ont ouvertement admis leurs rôles, en louant les attaques.”

“Binalshibh et les autres ont demandé à plaider coupable.

Une décision qui mettrait fin à tout procès.

Et, elle garantirait certainement que les cassettes vidéo ne soient jamais présentées, devant un tribunal.”

On n’y apprend donc, que ce sont des interrogatoires, que Binalshibh a subit;

Mais, qu’il n’y a aucune mention du complot du 11 septembre’.

Et, ‘ils ne savent pas qui a fait les enregistrements‘; et ‘ni comment ils ont atterri sous un bureau de la CIA’. 

Bien, c’est super. L’une des agences de renseignement les plus connues des États-Unis, et ‘reconnu’ comme étant la plus performante au Monde ne sait pas qui fait ses interrogatoires.

Non mieux, n’importe qui peut laisser traîner des dossiers dans leurs bureaux.  

Les États-Unis sont partie prenante des Conventions de Genève.

Et pourtant.

“Les États-Unis sont partie prenante des Conventions de Genève.

Ces règles régissent le traitement des personnes capturées durant les conflits armés.

Chaque combattant capturé a droit à un traitement humain, entendu comme devant au minimum comprendre un abri rudimentaire, des vêtements, de la nourriture et une assistance médicale.

De plus, aucun détenu, même s’il est suspecté de crimes de guerre, tels que le meurtre de civils, ne doit être soumis à la torture, à des sanctions corporelles, ou à des traitements humiliants ou dégradants.

Si les combattants capturés sont poursuivis pour crimes de droit commun, le procès doit satisfaire à certaines garanties fondamentales, pour une procédure régulière.”

[- cf: Etats-Unis : les Conventions de Genève s’appliquent aux détenus de Guantanamo]

Au nom de la démocratie?

Vraisemblablement, cette agence du renseignement a juste normalisé le mensonge, le meurtre, la torture, le secret, la méfiance à l’égard des gouvernements étrangers, et la méfiance à l’égard de son propre gouvernement.  

On sait ce qu’elle a fait au nom des États-Unis d’Amérique et de sa ”légendaire” démocratie.  

Mais, cette Agence ne le fait même pas pour l’Amérique.

Et tout a commencé bien avant Guantanamo … Ils n’ont pas arrêté le programme … Et, ils sont encore en exercice.

Toutes les mauvaises choses méchantes et horribles ne se produisent pas que dans les films.


[Voici un récit en résumé].

Cinq personnes ont été maintenues éveillées avec du gaz .. Ils seraient libres s’ils ne dormaient pas pendant 30 jours …

Le dixième jour, ils hurlaient et hurlaient. …

Il y a eut un silence complet, pas de sons de l’intérieur…

Les chercheurs sont surpris.

Car ils n’entendaient aucun son, de l’intérieur.

Le matin du 14e jour, les chercheurs ont utilisé l’interphone pour obtenir une réponse. 

Ils ont dit:

«RECULEZ, ÉLOIGNEZ-VOUS DE LA PORTE. NOUS OUVRONS LES PORTES DE LA CHAMBRE ET ENTRONS À L’INTÉRIEUR POUR TESTER LES MICROPHONES. 

VOUS ÊTES INVITÉ À VOUS ALLONGER À PLAT SUR LE SOL, SI VOUS N’OBÉISSEZ PAS À L’ORDRE, VOUS SEREZ ABATTU.

CONFORMEZ -VOUS, VOUS GAGNEREZ LA LIBERTÉ.»

Bientôt une réponse calme vint de l’intérieur:

«NOUS NE VOULONS PLUS ÊTRE LIBÉRÉS».

Le quinzième jour, … ils ont ouvert la chambre.

Lorsqu’ils sont entrés dans la chambre.

Ils ont vu, que quatre des cinq sujets respiraient encore.

Mais .. aucun d’entre eux n’était en état d’être appelé ‘vivant’

Ils ont vu, que la ration alimentaire, des cinq derniers jours, n’avait pas été touchée. 

La chair des cuisses, du sujet mort, était manquante, et sa poitrine était enfoncée dans le drain …

Il manquait une grande partie des muscles et de peau des quatre sujets vivant du test

Lorsque, les soldats ont essayé de les faire sortir, ils ont eu recours à la violence.

Ils ne veulent pas être libérés.

Ils se battent férocement contre les soldats. 

Les prisonniers ont arraché la gorge de l’un des soldats.

L’un des prisonniers a sectionné l’artère de la jambe d’un soldat en le mordant. …

Des chirurgies ont été effectuées sur les deux sujets testés.

Mais, sans anesthésie car ils n’arrêtent pas de rire.

Lorsque les chercheurs leur ont demandé, pourquoi ils s’étaient arrachés telle partie?

Et pourquoi ils voulaient rentrer à nouveau dans la chambre?

Une voix a dit:

 «JE DOIS RESTER ÉVEILLÉ.»

Le commandant des opérations a offert, aux deux autres sujets du test et aux trois chercheurs, d’être scellés à l’intérieur de la chambre.

L’un des chercheurs a tiré sur le commandant. Puis, il a tué le sujet du test muet.

Le chercheur a pointé son arme sur le dernier sujet de test. 

Il lui a crié dessus et a dit:

“QU’ES-TU?

Le sujet sourit et dit:

«AVEZ-VOUS OUBLIÉ SI FACILEMENT?»

“NOUS SOMMES VOUS.”

Après avoir entendu cela, le chercheur a fait une pause et a tiré sur le sujet en plein cœur.

Alors que le sujet fermait les yeux.

Il dit:

«Et … PRESQUE … LIBÉRÉ …»

Est-ce que cette histoire est vraie?

Il y en a qui disent, que c’est un peu de fiction surnaturelle, qui s’est répandue sur Internet.

Après, être apparue sur un site.

Pourtant …

Parfois, les Réalités dépassent les Fictions …

Un Monde Libre? Juste? Moral?

Dailycensorship – Free Mind


Autres lectures

  • Syndicat de criminels basé sur des racines occultes‘Ainsi est né MK-Ultra, le sinistre célèbre programme de «contrôle de l’esprit» de la CIA, développé à partir du projet de recherche sur le contrôle du comportement coordonné par le Tavistock Institute, avec le Scottish Rite Masons et d’autres agences britanniques, américaines, canadiennes et des Nations Unies. Il est dérivé des pratiques eugéniques des nazis et de leurs études psychiatriques, sur la schizophrénie, apportées aux États-Unis, grâce à l’opération Paperclip.’
  • Mort du détenu 10028 de Guantanamo (Haji Naseem – C’est l’histoire du sixième homme innocent qui serait décédé d’un suicide à Guantanamo) – “Un rapport d’interrogatoire du 9 janvier 2008 a déclaré qu’un linguiste a dit à l’interrogateur de Naseem que le prisonnier était mentalement malade”
  • Service psychiatrique de Guantanamo“La folie à l’intérieur de Guantánamo: un nouveau rapport révèle qu’un certain nombre de prisonniers – même certains depuis longtemps autorisés à partir – se transforment en hallucinations, désespoir et suicide”

“Mon histoire est comme beaucoup d’autres.

En 2001, alors que je voyageais au Pakistan, j’ai été arrêté par la police pakistanaise, et vendu à l’armée américaine, pour une prime de 3 000 $.

À Kandahar, l’armée américaine m’a soumis à des décharges électriques, à des positions stressantes, à des simulations de noyade et à des coups sans fin. … il y a également eu la torture psychologique (…) La plupart des prisonniers actuels restent à Guantanamo parce qu’ils viennent du Yémen et que les États-Unis refusent de les renvoyer chez eux. Beaucoup sont aussi innocents que moi. Mais ils subissent la torture de Guantanamo depuis plus de 12 ans à cause de leur nationalité, et non à cause de tout ce qu’ils ont fait.”

  • La libération de 17 Ouüghours de Guantanamo “Le gouvernement chinois essaie de présenter tous les Ouïghours comme des terroristes simplement parce qu’il y a des Ouïghours détenus à Guantanamo. Ils essaient de classer toute forme de combat des Ouïghours comme une activité terroriste, et ils essaient d’exterminer notre groupe ethnique”, a déclaré Kadeer.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.