Industrie / Santé / Armement, Ondes électromagnétiques

LES VACCINS NE PEUVENT PAS GUÉRIR UNE MALADIE ÉLECTRIQUE

Les coronavirus comme COVID-19 sont le résultat d’une maladie électrique?

La grippe n’est pas contagieuse.

Aucune grippe a été contagieuse.

L’économie mondiale détruite par un canular, délibérément infligé au monde pour inaugurer un gouvernement mondial totalitaire.

La distanciation sociale et la quarantaine sont des manipulations mensongères.

Mais

“Remarque: COVID-19 est une MALADIE ÉLECTRIQUE, mais cela ne signifie pas qu’elle n’est “pas contagieuse” Pourquoi?

Note de SOTN :

Comme de nombreux lecteurs SOTN le savent, cette plate-forme a une vue beaucoup plus large des épidémies mondiales de coronavirus que l’article publié ci-dessous. Alors que le titre de cet article déclare que la «grippe n’est pas contagieuse», le nouveau coronavirus de Wuhan n’est PAS seulement un virus de la grippe… ou un agent pathogène de la grippe… ou même un coronavirus typique. Au contraire, COVID-19 est un hybride de coronavirus armé qui a été bio-conçu pour être hautement contagieux et débilitant. Cette arme biologique est lancée furtivement dans des zones fortement peuplées où la 5G a été intensivement déployée, des formulations spécifiques d’aérosols chemtrails ont été pulvérisées et des programmes de vaccination antigrippale ont été administrés de manière agressive.

De cette façon, des circonstances très propices ont été délibérément créées pour déclencher des explosions de grappes de coronavirus à Wuhan, Milan, Seattle et dans la grande région de New York. COVID-19 est spécifiquement utilisé pour provoquer la tempête parfaite via des actes cachés de bioterrorisme. Voir ces deux exposés pour plus de détails sur cette planification criminelle complexe et cette dissimulation.

SYNDROME DE CORONAVIRUS : Le système ultime d’armes biologiques génocidaires et le SYSTÈME D’ARMES QUATERNAIRES activés avant chaque explosion de cluster de coronavirus .

Néanmoins, l’article suivant fournit une pièce très importante du puzzle pandémique COVID-19 qui ne peut être ignorée. Le lien entre l’aggravation des saisons annuelles de la grippe et l’intensification de l’électrification de toute la civilisation planétaire doit être bien compris par tous. Cependant, bien que certaines grippes ne soient pas contagieuses, la plupart des virus de la grippe le sont. Et COVID-19 semble être une souche particulièrement virulente de coronavirus qui est délibérément suralimentée par les réseaux électriques 5G en expansion rapide.”

• La grippe est une maladie électrique. Le déclencheur?  

Firstenberg écrit, la grippe est une maladie électrique liée aux variations saisonnières du rayonnement solaire, comme beaucoup l’ont suggéré au cours des deux siècles précédents.

Il y a longtemps, des rapports ont montré que les épidémies de grippe ont tendance à se produire pendant des années d’activité solaire maximale, et que les cas peuvent augmenter et diminuer avec le nombre de taches solaires.  

Des penseurs célèbres ont lié la grippe aux taches solaires vont de Noah Webster à Fred Hoyle. En 1836, Heinrich Schweich a observé qu’il était communément admis que l’accumulation d’électricité dans le corps provoquait la grippe. Son affirmation n’a jamais été réfutée, rapporte Firstenberg.

La période de 1645 à 1715 est connue sous le nom de minimum de Maunder, où aucune tache solaire ni aurore n’a été observée. Il n’y a pas eu non plus de pandémie mondiale. Ce n’est qu’en 1727 que les taches solaires étaient plus de 100, pour la première fois en plus d’un siècle. En 1728, la grippe est arrivée par vagues au-dessus de la surface de la Terre et a perduré selon certains témoignages jusqu’en 1738. Quelque 2 millions de personnes sont mortes, écrit Firstenberg.

La pandémie de 1889-94 a balayé la planète entière. Firstenberg théorise que cela a accompagné la première électrification de la planète avec des lumières électriques allumées partout.

Une litanie de citations des deux derniers siècles témoigne tous du lien entre les flambées mondiales de grippe et le cycle solaire.

Firstenberg cible les débuts d’un diagnostic erroné d’une maladie autrefois appelée neurasthénie, ou sensibilité électrique, à Sigmund Freud, qui l’a classée comme une «névrose d’anxiété» en 1894, mettant ainsi fin à la recherche sur les causes électriques de la grippe. (Ma remarque: manipulation? uhm ..)

«Grâce à lui», écrit Firstenberg, «nous mettons aujourd’hui des millions de personnes sur Xanax, Prozac et Zoloft au lieu de nettoyer l’environnement.»

Ainsi, toutes ces discussions actuelles sur la «distanciation sociale», les quarantaines et les fermetures d’entreprises sont des impostures délibérées de charlatans médicaux qui ont ravagé la population avec des vaccins empoisonés pour la maladie causée par la sensibilité électrique. Une enquête approfondie suivie d’arrestations et de poursuites pour faute professionnelle est parfaitement en cours contre les criminels qui cherchent à détruire les gouvernements du monde avec des informations délibérément fausses. Les vaccins contre la grippe sont imposés au public depuis de nombreuses décennies et les recherches de Firstenberg montrent qu’ils ont toujours été totalement inappropriés, pour ne pas dire criminels.

“The Invisible Rainbow” a été publié pour la première fois en 2017 et a depuis été réédité dans une version de poche par Chelsea Green, basée à White River Junction, au Vermont.

Un examen plus complet suivra sous peu, mais les freins doivent être mis sur ce détournement législatif et médical de la république américaine et de tous les gouvernements du monde par des politiciens criminels, des médecins et des milliardaires qui prévoient de tuer des millions de victimes sans méfiance avec leur poison vaccins totalement inadaptés à la maladie de sensibilité électrique, ils sont devenus une vache à lait pour les fabricants de vaccins sans scrupule.

Firstenberg a également écrit que plusieurs virologues éminents ont admis au cours de l’année que la vaccination n’avait rien fait pour arrêter les épidémies et que la maladie se comportait toujours comme il y a mille ans.

“Le secret embarrassant parmi les virologues est que de 1933 à nos jours, il n’y a eu aucune étude expérimentale prouvant que la grippe – que ce soit le virus ou la maladie est jamais transmise de personne à personne par contact normal.”

En septembre 1918, des dizaines de millions de personnes sont mortes de la soi-disant grippe espagnole, mais rien ne prouve qu’elle ait été causée par la contagion. Il y avait des saignements de nez et des hémorragies sanguines. Le sang ne coagulait pas et il y avait beaucoup de perte de cheveux due à l’utilisation sans précédent dans le monde des ondes radio.

De nombreuses tentatives ont été faites pour la rendre contagieuse, mais elles ont toutes échoué.

1889, le rayonnement harmonique de la ligne électrique commence.

1918, l’ère de la radio a commencé.

1957, l’ère du radar a commencé.

Et 1968, l’ère du satellite a commencé. Ce sont les moments importants où d’importants changements ont été apportés au champ électrique de la Terre. Chacun était accompagné d’une importante pandémie de grippe. Et chaque fois que le public a été trompé par de fausses tentatives de vaccins qui étaient garantis de ne pas fonctionner.

Puis vint l’ère du sans fil et HAARP, le High Altitude Auroral Research Project, qui sera revu lorsque ce rapport se poursuivra dans la partie 2.

Dans l’intervalle, les mesures imposées aux peuples du monde sur la base de fausses informations émanant de médecins et de politiciens sans scrupules doivent être immédiatement renversées. La vie doit redevenir normale et les responsables de ce fiasco d’abus totalitaires doivent être punis avec toute la rigueur de la loi.   La distanciation sociale, la mise en quarantaine, la fermeture d’entreprises ne sont absolument pas nécessaires car aucune grippe n’est contagieuse. La communauté médicale dédaigneuse a joué une blague sur un public ignorant afin de transformer le mode de vie américain épris de liberté en un camp de concentration communiste diabolique, apparemment avec une idée de réduire la population avec des vaccins empoisonnés totalement inutiles.

Diffusez ces nouvelles partout. Le temps presse. Et les forces du mal sont déployées contre toute l’humanité, avec le pouvoir des médias corrompus et des politiciens rachetés tous prêts à mettre fin à la liberté avec ce barrage cynique de mensonges flagrants qui a perturbé le monde entier et a laissé sa population terrifiée. Pour ce canular, il n’y a pas de pardon.

LES VACCINS NE PEUVENT PAS GUÉRIR UNE MALADIE ÉLECTRIQUE  – Source: The Invisible Rainbow – A History of Electricity and Life

À titre d’info fig. ci-joint pour la France.

Source: The Invisible rainbow
A History of Electricity and Life,
par Arthur Firstenberg, AGP Press, 2017, 559 pages.
 
 

Quiconque s’intéresse aux effets de l’électricité, y compris celle des phénomènes météorologiques, sur la biologie humaine se passionnera pour ce livre. Avec ses 135 pages de références, c’est probablement l’ouvrage grand public le plus complet mais aussi le plus original publié à ce jour sur les effets des champs électromagnétiques (CEM).

Firstenberg est un scientifique et un journaliste à l’avant-garde d’un mouvement mondial pour déboulonner le tabou entourant ce sujet. De 1978 à 1982, ce diplômé en mathématiques de l’Université Cornell a fréquenté l’Irvine School of Medicine (Université de la Californie). C’est là qu’une surdose de rayons X a anéanti sa carrière médicale. Depuis 30 ans, il est chercheur, consultant et conférencier sur les effets des CEM sur la santé et l’environnement, ainsi que praticien de plusieurs arts de la guérison.

« L’histoire de l’invention et de l’utilisation de l’électricité a souvent été présentée, mais jamais du point de vue environnemental. La présomption de sécurité et la conviction que l’électricité n’a rien à voir avec la vie sont maintenant si profondément ancrées dans le psychisme humain que de nouvelles recherches et des témoignages de ceux qui sont blessés par les CEM ne suffisent pas à changer le cours que la société a mis en place, explique la quatrième de couverture de son livre. Deux mondes de plus en plus isolés – l’un habité par la majorité, qui embrassent les nouvelles technologies sans fil sans remise en question, et l’autre habité par une minorité croissante qui lutte pour la survie dans un environnement pollué par électricité – ne parlent même plus la même langue. Dans The Invisible Rainbow, Arthur Firstenberg relie ces deux mondes. Dans une histoire rigoureusement scientifique mais facile à lire, il fournit une réponse surprenante à la question suivante : comment l’électricité peut-elle être soudainement nuisible aujourd’hui quand elle était sûre pendant des siècles? »

Son ouvrage est des plus instructifs. On y apprend notamment :

• que les biométéorologues savent que 30 % de la population est sensible aux changements dans l’électricité climatique et que cette sensibilité est documentée depuis 5 000 ans;

• que les aiguilles de l’acupuncteur conduiraient l’électricité atmosphérique pour stimuler les méridiens;

• que les effets secondaires de l’électrothérapie (confusion, étourdissements, maux de tête, nausée, faiblesse, fatigue, palpitations cardiaques, saignements de nez, etc.) sont attestés depuis le 18e siècle;

• qu’à force de s’exposer à répétition à l’électricité statique, Benjamin Franklin avait développé une douloureuse électrohypersensibilité;

• que le diagnostic de l’anxiété est apparu en 1866 alors que les fils de télégraphe faisaient le tour du globe, que les premières épidémies d’influenza sont survenues en 1889 après l’invention du courant alternatif qui transforma le statut du diabète, des cardiopathies et du cancer de maladie rare à courante;

• que chez certaines personnes les tremblements de terre causent les mêmes symptômes associés à l’électrification, rapportait le physicien britannique William Stukeley en 1749;

• que 12 % des gens peuvent entendre les faibles courants électriques, affirmait l’otologiste Auguste Morel en 1892;

• que 80 % des patients électrosensibles du médecin Gad Sulman, directeur de l’unité de bioclimatologie du centre médical de l’Université Hadassah, à Jérusalem, prédisaient les changements de météo de 12 à 48 heures à l’avance, car les ions atmosphériques modifient la production cérébrale de sérotonine, neurotransmetteur responsable de l’humeur. « Nous causons une grave injustice aux patients électrosensibles en les traitant comme des patients psychiatriques », écrivait-il en 1980 dans son livre The Effects of Air Ionization, Electric Fields, Atmospherics and Other Electric Phenomena on Man and Animal (Charles C. Thomas, Springfield, III, 1980, 400 p.);

• que la neurasthénie (faiblesse nerveuse), nommée en 1869 par le neurologue George Miller Beard qui collabora avec Edison dans sa découverte de l’électricité de haute fréquence, fut rebaptisée « névrose d’angoisse » par Sigmund Freud en 1895; or les Russes ont rejeté cette redéfénition : la neurasthénie, encore un des diagnostics les plus répandus en Asie, est due à une toxicité chimique et électromagnétique chronique. Elle a atteint des proportions épidémiques depuis l’électrification survenue dans les années 1880 et ce déséquilibre nerveux est un des premiers symptômes de la « maladie des micro-ondes » découverte par les Russes en 1930;

• qu’un cellulaire, qui peut à la longue notamment provoquer des acouphènes, dépose 360 joules d’énergie dans un cerveau par heure d’exposition, comparativement à 150 joules pour la pile électrique avec laquelle Volta provoquait une sensation auditive en la rattachant à une oreille avec des électrodes;

• que les animaux et les plantes sont aussi sensibles que nous aux CEM et que de très faibles courants électriques altèrent leur croissance et leur fonctionnement.

Pour en savoir davantage, lire l’historique de l’électrohypersensibilité publiée par Firstenberg sur son site cellphonetaskforce.org. Il y raconte que dans les années 1950, plusieurs cliniques furent ouvertes dans les pays du pacte de Varsovie pour traiter les cas de maladie des micro-ondes qui happa des milliers de travailleurs exposés à des micro-ondes.   “J’ai trouvé que c’était un mystère qui se déroulait et je ne pouvais pas le dénoncer. Ce livre est très, très important.”

– Sandy Ross, Ph.D.
Président, Santé et Habitat, Inc.

“En tant que médecin, j’ai eu du mal à réprimer.”

– Bradley Johnson, MD
Amen Center, San Francisco

“Tout comme Silent Spring de Rachel Carson a mis en garde le milieu du XXe siècle contre les dangers de l’utilisation aveugle de produits chimiques et de pesticides, Invisible Rainbow: A History of Electricity and Life d’ Arthur Firstenberg fournit une analyse complète des dangers de la prolifération de l’électricité et de l’exposition à son rayonnement électromagnétique. .”

– Kate Showers, Ph.D., Université de Sussex    Site: https://www.cellphonetaskforce.org/

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.