Global Warming and the Culture of Fear [archive] du 01/06/2010

par David Livingstone

Les Européens semblent plus familiers avec les révélations de la fraude concernant la controverse sur le réchauffement climatique, comme le Climategate, que les Nord-Américains.

Une enquête de la BBC, rapporté par le New York Times, a révélé que seuls 26 % des Britanniques pensaient que “le changement climatique est en train de se produire et il est maintenant établi qu’il est en grande partie causé par l’homme”, contre 41 % en novembre 2009. Un sondage du magazine allemand Der Spiegel a révélé que 42 % craignaient le réchauffement climatique, contre 62 % quatre ans plus tôt.

Nous vivons à une époque où la peur est le principal moyen de contrôle.

Nous sommes perpétuellement en guerre. Il y a eu la guerre froide, la guerre contre le crime, la guerre contre la drogue et maintenant la guerre contre le terrorisme. Il y a eu les abeilles tueuses, la grippe porcine et maintenant le réchauffement climatique.

La triste réalité est que la propagande ne fait pas toujours appel aux sentiments patriotiques, mais provoque des solidarités légitimes des masses. C’est de cette façon que lors de la Révolution française, les manipulateurs de la France des Lumières du XVIIIe siècle ont pointé les véritables erreurs de l’Église et de l’aristocratie, pour rallier la populace afin de les renverser en leur nom.

Il en était de même avec le marxisme. Marx a révélé toutes les véritables injustices de la révolution industrielle, qu’il a appelée “capitalisme”. Mais, si vous examinez les gestionnaires de la “révolution” russe, ils étaient tous des fonctionnaires des grandes banques new-yorkaises, adroitement nommées de banksters, comme Kuhn Loeb.

Al-Qaïda, le Hamas et les Frères musulmans manipulent les sentiments musulmans en pointant du doigt les véritables atrocités en Palestine. La CIA a utilisé les Frères musulmans pour appeler de nombreux musulmans, dont Ben Laden, pour mener le “djihad” en Afghanistan contre l’invasion des “infidèles”, les Russes.

Aujourd’hui, nous avons l’environnementalisme.

Dans Global Revolution, examinons cette écrit d’Alexander King du Club de Rome, en 1982:

“L’ennemi commun de l’humanité, c’est l’homme.

En cherchant un nouvel ennemi pour nous unir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement climatique, les pénuries d’eau, la famine, etc. feraient l’affaire ..”

Et, selon le professeur de l’Université de Stanford Steven Schneider, lauréat du prix Nobel avec Al Gore:

“.. nous devons obtenir un large soutien, pour captiver l’imagination du public .. Nous devons donc proposer des scénarios effrayants, faire des déclarations simplifiées et dramatiques et faire peu mention des doutes ..

Chacun de nous décide de quel est le juste équilibre entre être efficace et être honnête.”

Le premier coup de pouce du “Club de Rome”, fondé dans le domaine Rockefeller à Bellagio en Italie, était pour les “Limites de la croissance”.

Ils ont affirmé que le développement était nocif pour l’environnement.

Comme le montre, Robert Dreyfuss dans ‘Otage to Khomeini’, la collaboration de nouveau avec les Frères musulmans a été utilisée comme prétexte pour combattre la politique nucléaire du Shah d’Iran, et le remplacer par l’agent britannique l’Ayatollah Khomeini.

~

Un Canadien du nom de Maurice Strong, connu comme «l’homme indispensable» à l’ONU, est à l’origine du véritable mouvement écologiste moderne.

En 1970, il a présidé le premier Sommet de la Terre de l’ONU et, en 1992, la CNUED.

Strong a fait ses débuts avec Power Corp, dirigé par Desmarais, la version canadienne de Rockefeller.

La plupart des Canadiens doivent savoir à quel point Power Corp est étroitement liée au gouvernement canadien.

Strong a embauché Paul Martin pour Desmarais et Trudeau a servi l’entreprise dans les années 90. Desmarais est décrit comme “le mentor de Mulroney dans le monde des affaires”. Et, le fils de Desmarais a épousé la fille de Jean Chrétien.

[Paul Martin, nommé en 1993, ministre des Finances dans le gouvernement de Jean Chrétien]

Strong possède un ranch dans le Colorado nommé Baca, un centre œcuménique New Age, où Shirley MacLean exploite également un temple.

En outre, il est un bon ami des Rockefeller; et, il a dirigé l’Aspen Institute, dont les activités sont très liées au Club de Rome, comme celle de la révolution iranienne.

~

Dans une interview, intitulée The Wizard Of the Baca Grande avec le magazine West d’Alberta, Strong présente un scénario apocalyptique. Et, il indique qu’il l’inclurait dans un roman à écrire:

‘Chaque année, le Forum économique mondial se réunit à Davos, en Suisse.

En février, plus d’un millier de PDG, de premiers ministres, de ministres des finances et d’éminents universitaires se réunissent pour assister à des réunions et définir les programmes économiques pour l’année à venir.

Et, si un petit groupe de ces leaders mondiaux concluait que le principal risque pour la terre vient des actions des pays riches?

Si le monde veut survivre, ces pays riches devraient signer un accord réduisant leur impact sur l’environnement. Vont-ils le faire? Les pays riches accepteront-ils de réduire leur impact sur l’environnement?

Accepteront-ils de sauver la terre?

La conclusion du groupe est «non». Les pays riches ne le feront pas. Ils ne changeront pas.

Alors, pour sauver la planète, le groupe décide: le seul espoir pour la planète n’est-il pas que les civilisations industrialisées s’effondrent? N’est-ce pas notre responsabilité d’y parvenir?

Ce groupe de dirigeants mondiaux forme une société secrète pour provoquer un effondrement mondial. C’est février. Ils sont tous à Davos. Ce ne sont pas des terroristes, ce sont des leaders mondiaux.

Ils se sont positionnés sur les marchés mondiaux des matières premières et des actions. Ils ont créé la panique, en utilisant leur accès aux bourses, aux ordinateurs et aux réserves d’or.

Ensuite, ils empêchent les marchés de se fermer. Ils bloquent les engrenages. Ils ont des mercenaires qui retiennent le reste des dirigeants mondiaux à Davros en otage.

Les marchés ne peuvent pas fermer. Les pays riches …?”

Et, Strong fait un léger mouvement avec ses doigts comme s’il jetait un mégot de cigarette par la fenêtre.

Bien sûr, Rockefeller est à la tête de l’industrie pétrolière mondiale.

Son grand-père, John D. Rockefeller, était l’un des tristement célèbres Robber Barrons [barons des voleurs] qui, à une période, a réussi à consolider et à monopoliser l’ensemble de l’industrie pétrolière américaine.

Cependant, après la loi Sherman Anti-Trust (même loi utilisée contre Microsoft) sa société a été démantelée. Ensuite, des sociétés dissidentes ont émergé sous le célèbre nom des Seven Sisters, qui ont continué à dominer l’industrie mondiale.

Leur principale source est l’Arabie saoudite représentant environ un tiers de la production mondiale. Mais, elle sont encore largement contrôlées par les Rockefeller; et, elles ont continué à façonner une grande partie de la politique du XXe siècle.

Nul doute que les véhicules à essence sont une réelle menace pour la santé environnementale mondiale.

Alors pourquoi les Rockefeller financent-ils le mouvement écologiste?

À notre époque, vous ne pouvez pas sous-estimer le pouvoir de David Rockefeller.

Il est le fondateur de la Commission trilatérale et du Council on Foreign Relations. Et, il est président des fondations Rockefeller et Ford.

Voici ce que David Rockefeller a récemment avoué dans ses Mémoires:

“Depuis plus d’un siècle, des extrémistes idéologiques aux deux extrémités du spectre politique se sont emparés d’incidents très médiatisés, tels que ma rencontre avec Castro pour attaquer la famille Rockefeller pour l’influence démesurée, qu’ils prétendent que nous exerçons sur les institutions politiques et économiques américaines.

Certains même croyons, que nous faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des États-Unis, nous qualifiant ma famille et moi “d’internationalistes” et conspirant avec d’autres dans le monde pour construire une structure politique et économique mondiale plus intégrée – un monde, si vous le ferez.

Si c’est l’accusation, je suis coupable et j’en suis fier.

La réalité est que nous sommes poussés à nous soucier de l’environnement, alors que la vraie tragédie est la pauvreté mondiale.

Les deux tiers du monde vivent au niveau de subsistance [survivent avec un minimum vital].

On nous ment sur le fait qu’ils “se développent”, alors qu’ils sont délibérément retenus par les dirigeants machiavéliques de la Banque mondiale et du FMI, afin de fournir une main-d’œuvre et des ressources naturelles bon marché.

En tant que société, nous avons fait des efforts impressionnants pour réduire notre impact sur l’environnement.

À quel point devrions-nous canaliser nos énergies pour sauver les gens?

Mais avant que cela n’arrive, nous devons changer fondamentalement notre perception du monde extérieur et les causes de leurs maux.

Et, pour l’instant, ce sont les médias qui manipulent ces perceptions.

.

Pour une excellente vidéo, regardez Global Warming SwindleTraduit en français.

.

Global Warming and the Culture of Fear, du 01/06/2010, [archive]

par David Livingstone

Autres de ses articles ici ou ici

Mises à jour et autres
  • Greenpeace, le WWF, et «Les Amis de la Terre» financés par ceux qu’ils dénoncent! [2010, archive]
  • Le Green New Deal exploite la popularité des idéaux sociaux-démocrates comme un enrobage sucré pour déguiser la pilule empoisonnée des mondialistes. [..]. Les Rockefeller ont utilisé la cause du réchauffement climatique comme un message alarmiste et une cause commune visant à unir le monde autour de leur agenda mondialiste, malgré le fait que la fortune de la famille a été historiquement liée à ExxonMobil, l’institution phare de «Big Oil», [..]. (Traditionnellement, la Fondation Rockefeller est une façade de la CIA) – Vert comme Astroturf .. par David Livingstone [19 juin 2022, en fr]

.

Tag fraude-au-rechauffement-climatique

.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *